Santé, Bien-être, etc...

Re: Santé, Bien-être, etc...

Message non lupar Jumbofan » 23 Mai 2018 03:28

Image

[Pétition nationale] 50 000 signatures en 3 jours !

Cher(e) défenseur(e) de la Nature,

Vous êtes déjà 50 000 à avoir répondu à notre appel urgent pour sauver les huiles essentielles !

Grâce à vous, le Ministère de la Santé est en alerte – cela siffle aux oreilles de la ministre Agnès Buzyn !

Mais il nous faut être beaucoup plus nombreux à nous mobiliser pour éviter le pire !

Je vous rappelle que notre droit fondamental à nous soigner avec des huiles essentielles est gravement menacé :

- Déjà 15 huiles essentielles majeures ont été interdites à la vente libre, dont la merveilleuse huile d'armoise (Artemisia), ou celle de sauge officinale (Salvia officinalis) !

- Un rapport officiel de l'Agence du Médicament daté du 16 novembre 2017 a réclamé l'inscription de nouvelles huiles essentielles sur la liste des substances vénéneuses ;

- La répression des fraudes a commencé à persécuter les herboristes et vendeurs d'huiles essentielles : ils n'ont même plus le droit de dire comment les utiliser pour se soigner !

Et ce n’est rien à côté de ce qu’ils sont en train de préparer, sous l’influence des lobbys pharmaceutiques (tout est expliqué dans le texte ci-dessous).

Alors s’il vous plaît, signez et faites signer notre pétition officielle à l’attention de la Ministre.

Nous ne pouvons pas rester les bras croisés face à cette nouvelle offensive de Big Pharma.

Nous devons nous battre pour protéger notre liberté à nous soigner avec ces merveilles de la nature que sont les huiles essentielles.

Je compte sur vous pour transmettre ce message à tous vos contacts, c'est urgent !

Votre dévoué, Guillaume Chopin

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Le nouveau « coup de poignard » du lobby pharmaceutique

MENACE SUR LES HUILES ESSENTIELLES

Ces molécules naturelles pourraient être interdites à la vente libre !!!

Image


Lire la suite : https://www.zejournal.mobi/index.php/ne ... tail/15251


JE SIGNE LA PETITION
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1134
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

...
 

Monsanto « COUPABLE »

Message non lupar Jumbofan » 13 Août 2018 19:50

Image

Monsanto « COUPABLE » ! Incroyable victoire contre le Roundup

Chers amis du Naturel,

Le 10 août 2018 est peut-être la date historique qu’on attendait tous !

Oui, je m’emballe un peu, mais il est possible que ce soit LE GRAND TOURNANT :
Vers la fin de l’agriculture ultra-intensive, ultra-chimique, ultra-OGM… et ultra-dangereuse pour l’environnement et notre santé…

Vers le grand retour des citoyens et de la vérité contre les multinationales qui trafiquent la science, manipulent les médias et empoisonnent la planète…

Et vers une nouvelle ère, favorable à une agriculture sans pesticide, raisonnée, durable et bonne pour notre santé !

Le 10 août 2018, c’est le jour de la condamnation historique de MONSANTO, le géant de l’agro-chimie.

Oui, Monsanto a été condamné par la Justice américaine pour avoir volontairement caché que son désherbant « Roundup » cause le cancer.

Je vais vous dire dans une seconde pourquoi ce jugement pourrait causer la faillite de Monsanto (désormais avalé par Bayer) et changer en profondeur nos pratiques agricoles.

Mais d’abord, je voudrais vous résumer les révélations hallucinantes que le procès a mis au grand jour :


Il asperge du Roundup dans les cours d’école… et attrape le cancer

L’homme qui a osé attaquer Monsanto est un simple jardinier, nommé Dewayne Johnson.

C’est un professionnel sérieux et appliqué, qui « aimait beaucoup son travail ».

Vingt à trente fois par an, il aspergeait les jardins d’écoles de Californie avec des centaines de litres du « Roundup », le fameux désherbant créé par Monsanto.

À au moins deux reprises, hélas, son appareil devient incontrôlable et il reçoit lui-même du Roundup directement sur la peau.

Bientôt, son corps entier est couvert de lésions graves :

Image

En 2014, le diagnostic tombe : il est atteint d’un lymphome non hodgkinien.

C’est un cancer incurable.

Ses médecins lui donnent quelques années à vivre au maximum.

Mais plutôt que de se résigner, M. Johnson se décide à se battre.

Il veut se battre pour ses deux garçons de 10 et 13 ans. Il veut se battre pour que d’autres ne vivent pas le même malheur que lui.

Car il sait que sa maladie a été causée par le Roundup de Monsanto.

Et ce qu’il n’accepte pas, c’est que Monsanto a toujours nié les dangers de son produit.

« Je n’aurais jamais aspergé ce produit dans des cours d’école si j’avais su que cela pouvait faire du mal, a-t-il déclaré. C’est immoral, c’est mal. Les gens ne méritent pas ça ».

Alors il attaque Monsanto en Justice.

C’est David contre Goliath… un simple citoyen, en phase presque terminale, contre une firme qui fait des milliards de profits chaque année.

Mais comme dans le récit biblique, c’est David qui a gagné :


Les terribles méthodes de Monsanto pour étouffer la vérité

Le procès a duré plus d’un mois. Une véritable épreuve pour M. Johnson, mais cela en valait la peine.

Car ce procès a mis au jour les terrifiantes tactiques de Monsanto pour cacher au grand public les dangers du Roundup. [1]
En 2003, par exemple, une toxicologue de Monsanto écrit à une de ses collègues : « Vous ne pouvez pas dire que le Roundup n’est pas cancérigène… Nous n’avons pas fait les tests nécessaires sur la formule pour faire cette affirmation. » Mais bien sûr, cela n’empêchera pas Monsanto d’affirmer, année après année, que son Roundup est inoffensif.

En 2008, on peut lire dans un document interne ces deux phrases clé :

« Le Roundup de Monsanto utilisé avec des OGM est associé à des problèmes de grossesse et de reproduction et de perturbation endocrinienne »

« Le Roundup de Monsanto agit sur une étape clé de la division cellulaire, ce qui peut potentiellement mener à des cancers sur le long terme »

Monsanto savait… mais Monsanto a préféré cacher la vérité.

Et le pire, c’est que Monsanto ne s’est pas contenté d’étouffer ce qu’il savait.

D’après les « Monsanto papers » révélés au cours du procès, la firme a aussi pesé de tout son poids pour manipuler la recherche scientifique !
La firme a rédigé elle-même des dizaines d’études « scientifiques » en faveur du Roundup, qu’il a fait signer par des professeurs d’université… ni vu, ni connu !

(Cela s’appelle le « ghostwriting », et c’est une méthode très employée par Big Pharma, pour promouvoir l’intérêt de ses médicaments et masquer leurs effets secondaires.)

Monsanto a aussi tout fait pour étouffer les études défavorables au Roundup.

Souvenez-vous de celle du Pr Seralini en France, qui avait révélé les énormes tumeurs sur des rats causées par le maïs OGM Monsanto couvert de Roundup…

..Eh bien Monsanto avait réussi à obtenir le retrait de cet article… et a tout fait pour détruire la réputation du Pr Seralini !

Un des moments cocasses du procès, c’est lorsque Monsanto a fait venir à la barre une « experte » de la prestigieuse Université de Harvard, la Pr Lorelei Mucci.

Cette « spécialiste » a déclaré que le glyphosate (ingrédient du Roundup) ne cause pas le cancer…

…mais lorsqu’elle a été « cuisinée » par l’avocat de M. Johnson, cette spécialiste a avoué que Monsanto l’avait payé 100 000 dollars pour faire cette déclaration !


Monsanto reconnu coupable de tromperie et malveillance !

Au final, le jury américain ne s’y est pas trompé.

Leur décision est accablante pour Monsanto.

À l’unanimité, les jurés ont considéré que le Roundup était « un facteur substantiel » dans l’apparition du cancer de M. Johnson.

Mais surtout, les jurés ont déclaré que le danger des produits du type Roundup « était connu ou pouvait être connu à la lumière des connaissances généralement admises par la communauté scientifique au moment de leur fabrication, de leur distribution et de leur vente ».

Monsanto aurait donc dû en informer ses clients… ce qu’il a toujours refusé de faire.

D’après la Justice, Monsanto a agi avec « malveillance » (malice, en anglais).

« Nous avons enfin pu présenter au jury les documents internes tenus secrets par Monsanto prouvant que la société savait depuis des décennies que le glyphosate, et en particulier le Roundup, pouvait être une cause de cancer », a déclaré Bret Wisner, l’un des avocats de M. Johnson.

Et ce qui est capital, c’est que cette décision pourrait faire boule de neige !

Car des centaines de gens sont dans le même cas que M. Johnson : atteints d’un cancer vraisemblablement causé par le Roundup.

Si jamais ils gagnent tous leur procès, Monsanto pourrait finir par devoir payer des dizaines de milliards de dollars… et faire faillite !

Attention : ce n’est pas encore certain, d’autant que Monsanto a fait appel – il faudra aussi gagner ce procès-là.

Mais quoi qu’il arrive, ce procès est un choc psychologique qui change la donne, y compris en France :


La France est un des plus gros utilisateurs de Roundup au monde !

Je rappelle que la France déverse chaque année près de 10 000 tonnes de Roundup sur ses terres.

Les plus grands utilisateurs sont les agriculteurs, loin devant les jardiniers.

Mais ce qui est formidable, c’est que les agriculteurs eux-mêmes commencent à réaliser qu’ils se mettent en danger eux-mêmes avec ces produits !
« Ce jugement, c'est une nouvelle fois la preuve que les pesticides sont dangereux pour la santé, des utilisateurs en premier lieu - et donc des paysans et des paysannes-, et puis par ricochet aussi de ceux qui consomment les produits », a déclaré Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne ».

Évidemment, cela implique une énorme remise en question des méthodes agricoles !

Mais il est tout à fait possible de faire sans Roundup… et le plus tôt sera le mieux !

Ce n’est pas encore fait, car d’énormes lobbys essaient encore d’éviter ça.

Alors restons mobilisés…

…mais saluons ce jugement à sa juste valeur !

Votre dévoué,

Guillaume Chopin
Association Santé Naturelle

Sources

[1] http://www.liberation.fr/planete/2018/0 ... to_1671428

Association Internationale pour une Santé Naturelle, Scientifique et Humaniste (AISNSH)
Case postale - 1211 Genève 3 - Suisse
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1134
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

Levothyrox: l'AFFREUX compte à rebours a commencé

Message non lupar Jumbofan » 04 Sep 2018 01:17

Image
Levothyrox: l'AFFREUX compte à rebours a commencé

L'ancienne formule définitivement arrêtée en France au 31 décembre

TIC-TAC, TIC-TAC - Le compte à rebours INFERNAL a commencé pour les victimes du Levothyrox

Agissez vite : plus que 18 semaines pour empêcher le drame
Madame, Monsieur,

Imaginez qu’il ne vous reste plus que 18 semaines à vivre en bonne santé.

Aujourd’hui, vous vous sentez bien dans votre corps.

Mais vous savez que dans 18 semaines, votre vie deviendra un enfer :
Au moindre geste, vos articulations et vos muscles vous feront souffrir le martyr ;

Vous serez fatigué en permanence, accablé de maux de tête ;

Vous aurez des nausées, des insomnies, vos cheveux tomberont par plaques...

Dans 18 semaines, vous aurez peut-être même envie d’en finir avec cette vie insupportable.

Ce terrible cauchemar, c’est ce que vivent en ce moment même plus de 100 000 victimes du Levothyrox !

Je sais que cela paraît difficile à croire.


Lire la suite et signer impérativement même si vous n'êtes pas concernés (peut-être pour le moment, qui sait ???)
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1134
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

Re: Santé, Bien-être, etc...

Message non lupar Jumbofan » 29 Oct 2018 03:56

Guillaume Chopin - Association santé naturelle <petition-mail@association-sante-naturelle.email>

Image

SIGNEZ SANS PERDRE UNE SECONDE LA PETITION

DERNIÈRE CHANCE POUR SAUVER L'HOMÉOPATHIE !

L’homéopathie est au bord d’un trou noir définitif

Dans quelques semaines, il sera trop tard pour agir
Chers amis du Naturel,

Le 1er janvier 2019, assise derrière son bureau, la ministre de la Santé Madame Agnès Buzyn, va prendre une décision sans retour.

Laisser vivre l’homéopathie…

…ou signer son arrêt de mort.

C’est un choix définitif. « A ou B ». Pas de solution intermédiaire possible.

Seulement aujourd’hui des forces puissantes cherchent à influencer ce choix. Big Pharma et ses complices s’activent avec une brutalité inouïe pour obtenir la mort de l’homéopathie, qui ne leur rapporte pas un centime.

Et ils sont aujourd’hui à deux doigts de réussir leur coup.

Si nous les laissons faire, à partir du 1er janvier 2019, les traitements homéopathiques qui soignent depuis plus de 200 ans des milliers de personnes contre la fièvre, l’eczéma, les poussées dentaires, le rhume, mais aussi les troubles du sommeil, la dépression ou encore le stress, seront définitivement déremboursées.

Si nous les laissons faire, l’homéopathie entrera dans un trou noir définitif, et des millions de malades seront contraints de renoncer à cette méthode de soin efficace, naturelle, qui n’entraîne aucun effet secondaire.

C’est pourquoi je vous demande urgemment de signer la PÉTITION DE LA DERNIERE CHANCE POUR SAUVER L’HOMÉOPATHIE.

JE SIGNE LA PÉTITION

Votre signature est déterminante.

Grâce à vous, nous pourrons faire pression sur la ministre de la santé et préserver ce trésor de santé inestimable pour des millions de patients.

Mais l’urgence est absolue.

C’est la toute dernière occasion qu’il nous reste pour REFUSER LE SACRIFICE DE L’HOMEOPATHIE sur l’autel de la médecine chimique.

Car il ne faut surtout pas s’y tromper :

Derrière le « déremboursement », c’est bien la mort de l’homéopathie qui se profile. Et son remplacement par des médicaments chimiques.

Tout, absolument tout, a été planifié depuis le début.

Et lorsqu’on se repasse le film des derniers mois, on comprend que la machination a été orchestrée de main de maître…


Plus c’est gros…plus ça passe !

Le premier acte de guerre remonte à septembre 2017, avec la publication par le Conseil Scientifique des Académies des Sciences Européennes d’un rapport réclamant le déremboursement de l’homéopathie. [1]

On sait aujourd’hui que ce rapport repose sur une étude australienne scandaleusement mensongère, dont d’innombrables spécialistes ont souligné les erreurs, les approximations ou encore les conflits d’intérêt de son rapporteur, membre d’une association anti-homéopathie (Friends of Science in Medicine). [2]

Mais comme on dit, « Plus c’est gros, plus ça passe ».

ET, C’EST PASSÉ !!


Alors ils ont continué.


Les charlatans ne sont pas ceux qu’on croit

En mars 2018, 124 professionnels de santé ont ainsi éructé leur haine de l’homéopathie dans les colonnes du journal Le Figaro, réclamant avec hargne la « non-reconnaissance des diplômes d’homéopathie », et « l’interdiction pour les médecins qui pratiquent cette thérapie de faire état de leur titre ».[3]


LEUR OBJECTIF : interdire de pratique, humilier, couvrir de honte les 5000 médecins homéopathes !

Et regardez la violence avec laquelle ils les agressent :

Ces homéopathes ne sont que des "charlatans en tout genre, qui recherchent la caution morale du titre de médecin pour faire la promotion de fausses thérapies à l'efficacité illusoire".

Les médecins homéopathes, des « charlatans » qui pratiquent des « fausses thérapies à l’efficacité illusoire » !???

Mais on rêve ! C’est le monde à l’envers !

L’homéopathie affiche plus de deux siècles d’efficacité pour d’innombrables maladies (douleurs aigües, chroniques, etc.). 20 millions de Français l’ont placée au cœur de leur pratique de santé, et l’utilisent au quotidien avec d’immenses succès et sans rencontrer le moindre effet secondaire.

Est-ce parce que les Français font confiance à 77 % à l’homéopathie[4] qu’elle irrite tellement les fabricants de médicaments chimiques ?

Poser la question, c’est déjà y répondre.

Et pardon, mais dans l’univers de la santé d’aujourd’hui, QUI SONT LES VRAIS CHARLATANS ?

Les 5000 médecins homéopathes qui privilégient les méthodes douces, non invasives, qui associent le patient le plus intimement au processus de guérison ? Ceux qui choisissent pour chaque malade l'option la plus adaptée entre allopathie, homéopathie, acupuncture, micro-nutrition ?

Ou ceux pour qui il n’existe qu’une seule voie, la même pour tous les patients : le grand matraquage médicamenteux. Tant pis pour les effets secondaires nous disent ces chiens de garde de Big Pharma, « on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs… »

Alors, encore une fois, qui sont les vrais charlatans ? Peut-être pas ceux qu’on croit…

Et il est urgent de leur montrer que NOUS NE SOMMES PAS DUPES.

Posons-leur ensemble cette question : d’où sont venus les scandales sanitaires récents qui ont saccagé des milliers de vie ?

Des granules d’arnica, d’aconit et d’apis mellifica ?

BIEN SÛR QUE NON !!!

Mais du Médiator, de la Dépakine, du Vioxx, de la pilule, des antidépresseurs, etc.

Et QUI est coupable d’avoir rendu les malades accrocs à des médicaments qui ne soignent pas mais qu’il faut prendre à vie ?

Les homéopathes, ou Big Pharma et ses alliés ?

Là-encore, nous connaissons tous la réponse.

ET ON VOUDRAIT SACRIFIER L’HOMEOPATHIE, QUI NE PROVOQUE PAS LE MOINDRE EFFET SECONDAIRE !?

FRANCHEMENT, ON MARCHE SUR LA TÊTE !

JE SIGNE LA PÉTITION

C’est exactement le contraire qu’il faut faire.

Considérer l’homéopathie comme un trésor médical, une médecine complémentaire qui permet d’éviter la surenchère de prescription de médicaments et leurs effets secondaires.

La preuve ?
L’étude française EPI 3, la plus importante étude de pharmaco-épidémiologie réalisée en médecine générale en France, a montré qu’un patient qui consulte un médecin homéopathe consomme 2 à 3 fois moins de médicaments iatrogènes, c'est-à-dire entraînant des effets secondaires (antibiotiques, anti-inflammatoires, psychotropes, etc.). [5]

Pour des millions de personnes qui l’utilisent en prévention ou en soin, l’homéopathie agit comme une digue, une protectrice de la santé au sein de nos foyers.

Et si nous nous mobilisons, elle ne cèdera pas sous la pression des multinationales du médicament !

JE SIGNE LA PÉTITION

Jusqu’à aujourd’hui, il faut pourtant reconnaître que Big Pharma a remporté toutes les batailles.

Récemment encore, pour ne pas déplaire au médicalement correct ambiant, le doyen de la Faculté de médecine de Lille a annoncé qu’il suspendait le diplôme universitaire d’homéopathie qui existait pourtant dans son université depuis… 40 ans !!! [6]

40 ans pendant lesquels des milliers d’étudiants ont planché sur les principes subtils et non matériels de l’homéopathie, qu’ils ont mis en pratique ensuite en cabinet, exerçant une médecine à l’écoute du patient et de son anamnèse (histoire de vie).

Et aujourd’hui on voudrait détruire pour toujours ce trésor de connaissance et de soin, pour faire place nette à Big Pharma et ses pilules !

Allons-nous les regarder tout saccager et rester les bras ballants devant le massacre ?

HORS DE QUESTION !!!

Car il n’est pas trop tard pour agir.

La dernière manche de ce combat pour sauver l’homéopathie s’engage maintenant.

Je vous l’ai dit : début 2019, la ministre de la Santé Agnès Buzyn, doit rendre son avis sur le déremboursement de l’homéopathie.

Alors soyons clair : sans une gigantesque mobilisation de notre part, l’issue ne fait guère de doute. La ministre suivra l’avis des lobbys de Big Pharma, et ce sera la mise à mort de l’homéopathie.

Voilà pourquoi il faut dire STOP !

Signez et transférez à vos proches la pétition de la dernière chance :

JE SIGNE LA PÉTITION

Depuis plusieurs semaines, certaines initiatives courageuses ont déjà été prises par des citoyens engagés.

Témoignages, lettres de soutien à des médecins homéopathes insultés, protestations adressées à Madame Buzyn, ministre de la Santé, etc.

Vous-même avez peut-être déjà participé à ce grand mouvement d’une façon ou d’une autre, mais je vous demande à nouveau votre aide, car c’est maintenant qu’il faut frapper un grand coup.

C’est maintenant que se décident les « arbitrages » du ministère de la santé.

NOUS DEVONS FAIRE MONTER LA PRESSION AU MAXIMUM !!!

L’homéopathie est au bord d’un précipice mortel, mais nous pouvons encore la sauver.

Il faut absolument leur montrer que nous sommes des centaines de milliers de citoyens viscéralement attachés aux médecines douces.

Aujourd’hui, plus d’un Français sur deux a recours à l’homéopathie, et refuse la laisse chimique qu’on veut nous imposer.

Ce qui signifie que des centaines de milliers de personnes, peut-être un million si nous faisons chacun le petit effort de transférer ce message à tout notre carnet d’adresses, peuvent signer cette pétition et sauver l’homéopathie.

Si nous nous mobilisons, la digue ne cèdera pas, l’homéopathie vivra.

Je compte sur vous pour signer cette pétition et la transférer au maximum autour de vous.

Je vous dis mille fois « merci » pour votre aide,

JE SIGNE LA PÉTITION


Votre dévoué,

Guillaume Chopin
Association Santé Naturelle
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1134
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

Re: Santé, Bien-être, etc...

Message non lupar Jumbofan » 31 Oct 2018 21:02

Amis Gaulois et autres Lecteurs. Voici le début de la fin qui s'annonce vraiment très sérieusement. On ne peut pas laisser cela se produire. Nous sommes le seul pays au monde qui a tant de problèmes à résoudre concernant la santé. Ils veulent nous obliger à être totalement dépendants de la médecine chimique qui, elle, est la plus coûteuse et ne résout pas toujours les problèmes, bien au contraire. C'est absolument aberrant !!! Merci de passer ce message à toutes vos connaissances, amis, famille etc... Les personnes concernées et qui utilisent l'homéopathie pour se soigner doivent à tout prix signer cette pétition et la faire parvenir à tout leur entourage

Image


Homéopathie : un dernier clou et le cercueil sera fermé!

Chers amis du Naturel,

Les choses se précipitent à toute vitesse !!

Il ne reste plus qu’à Agnès Buzyn, ministre de la Santé, qu’à planter le dernier clou, et le cercueil de l’homéopathie sera définitivement fermé.

Avec lui s’en iront plus de 200 ans de pratique thérapeutique, de complicité entre médecins homéopathes et patients, ainsi que des milliers d’histoires de soin et de guérison.

On connaît maintenant la date exacte de cet enterrement de première classe : fin février 2019. C’est imminent !!!

C’est ce qui est prévu noir sur blanc, à l’article 42 du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2019 [1].

Celui-ci précise, dans un charabia taillé pour qu’on n’y comprenne rien, qu’il suffira d’un simple décret pour que l’homéopathie ne soit plus remboursée.

Lorsque nous avons lancé l’alerte, il y a quelques mois, en expliquant que l’homéopathie risquait ainsi la mort, certains ont réagi en disant que nous étions « excessifs » ou « alarmistes ».

Et pourtant, regardez ce qui s’est passé depuis : les médecins homéopathes sont régulièrement insultés et humiliés dans les médias [2] ; sous la pression plusieurs universités (Lille, Angers, Nantes) ont fermé les diplômes d’homéopathie qui existaient en leur sein depuis parfois…40 ans !

Aujourd’hui les rapporteurs du projet de loi de finance jouent le dernier acte du crime et offrent, avec leur texte, un marteau et des clous à la ministre de la Santé pour enterrer définitivement l’homéopathie.

Nous savons aussi qu’il ne s’agit que d’une première étape. Lorsqu’ils auront tué la seule médecine naturelle qui est aujourd’hui remboursée, alors ils attaqueront les autres.

Déjà, les huiles essentielles, l’herboristerie, l’acupuncture, sont dans leur viseur.

Si nous les laissons gagner cette première bataille, ils lanceront une offensive TOTALE sur les médecines naturelles. Au grand détriment des malades.

L’URGENCE EST MAINTENANT ABSOLUE

Nous avons déjà mobilisé des dizaines de milliers de personnes partout en France et si nous parvenons encore à faire grossir la vague avant la fin de l’année, la ministre de la santé n’aura pas d’autre choix que de retenir son bras.

Elle devra laisser vivre l’homéopathie et les médecines naturelles.

Mais je vous le redis : il faut que notre mobilisation soit MASSIVE. Alors si vous ne l’avez pas encore fait, lisez et signez la pétition de sauvegarde de l’homéopathie, et transférez-là le plus largement possible autour de vous !

Nous pouvons encore gagner, mais il faut agir maintenant !

Je compte sur vous !


Votre dévoué,

Guillaume Chopin
Association Santé Naturelle



Vous n'êtes pas abonné à la lettre de Guillaume Chopin ?

Inscrivez vous !

Image

____

Sources
1] http://www.assemblee-nationale.fr/15/projets/pl1297.asp

[2] https://www.youtube.com/watch?v=-iBpNOzo69k

Association Internationale pour une Santé Naturelle, Scientifique et Humaniste (AISNSH)
Case postale - 1211 Genève 3 - Suisse
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1134
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

Les médecines alternatives dans le viseur

Message non lupar Jumbofan » 06 Nov 2018 02:07

Image

Les médecines alternatives dans le viseur


Cher(e) ami(e),

Le 18 mars 2018, 124 médecins et professionnels de santé ont décidé de publier une tribune pour dénoncer l'utilisation de médecines alternatives. Depuis, les campagnes contre ces thérapies se multiplient.

Objectif : alerter sur les promesses fantaisistes et l'efficacité non prouvée de ces remèdes.

Trois risques sont mis en avant :

1 -« Ces médecines soignent l'inutile en surmédicalisant la population »,

2 - Elles provoquent une grande « défiance » vis à vis de la médecine traditionnelle ;

3 - Enfin, elles « retardent les diagnostics ».

L’homéopathie en première ligne

En tête des pratiques visées, l'homéopathie. Les signataires réclament la fin du rem­boursement de ces préparations, l'obligation pour les professionnels de santé de ne plus les prescrire et l'interdiction d'enseigner cette discipline.

L'an dernier, plus d’un tiers des Français a eu recours à l'homéopathie, ce qui place l'Hexagone en tête des pays européens.

Aux Etats-Unis, une loi impose déjà aux fabricants d'indiquer sur les étiquettes des médicaments homéopathiques que leur efficacité n'est pas scientifiquement prouvée…

Si l’homéopathie n’est pas un traitement du cancer, elle a toute sa place dans l’accompagnement des effets secondaires et dans l’amélioration de la qualité de vie du patient. Rappelons qu’il n’existe pas de médecine alternative en cancérologie, elle est toujours complémentaire.

Que reproche-t-on donc aux médecines alternatives et particulièrement à l’homéopathie ?

Elles ne seraient pas des médecines scientifiques.

Elles ne peuvent prouver leur efficacité.

Elles retarderaient le diagnostic et le traitement officiel.


Des accusations infondées

Combien de fois n’a-t-on pas entendu que l’homéopathie serait une substance sans activité pharmaceutique, d’ordre psychologique !

Lors des matchs de football, ne voit-on pas le coach distribuer de l’arnica à ses athlètes ?

L'arnica est bien connu pour soulager les chocs et les traumatismes :

- Pour une bosse, on propose Arnica en 4 ou 5 CH,

- Pour des courbatures après une séance de sport ou en cas de grippe, on a recours à Arnica en 7 ou 9 CH

- Et enfin, en cas d'anxiété ou d'insomnie à la suite d’un deuil ou un accident déjà ancien, on préfère Arnica 15 ou 30 CH.

On dit que l'homéopathie n'agit pas rapidement, c'est faux : on a d'excellents résultats sur les troubles aigus, que ce soit des infections ORL, la grippe, une piqûre d'abeille ou une insolation. Si vous avez 40° de fièvre sans transpiration, prenez une dose d'Aconit en 7 CH, ça va vous faire transpirer, la fièvre va tomber et vous n'aurez aucun besoin de paracétamol.

Le paracétamol est toxique pour le foie, tandis que grâce à Aconit en dilution homéopathique, c'est votre organisme qui réagit et se soigne lui-même : le processus naturel reprend le dessus.

Dans les états chroniques, l'homéopathie agit avec des médicaments de fond. Là, il faut connaître son profil homéopathique et son terrain pour avoir un remède personnalisé.

Mais il y a une loi importante à connaître : quand vous prenez un médicament homéopathique, il faut arrêter le traitement dès que les symptômes régressent.

Car si vous continuez à le prendre, il peut engendrer des symptômes semblables à ceux de la maladie. En cas de toux par exemple, si on vous a recommandé Drosera, il faut l'utiliser uniquement le temps de la guérison, sinon il peut entretenir le phénomène de toux.

La médecine n’a jamais été une science exacte. Elle s’appuie sur l’expérience.

Pourtant la notion de dogme, c'est-à-dire de vérité intangible, préside en force dans le milieu médical, même dans le milieu théoriquement sélectionné du corps enseignant.

Il est d'ailleurs piquant de constater que les détracteurs de l'homéopathie reprochent aux homéopathes, qui se sont toujours appuyés sur l'expérience, de ne pas être « scientifiques », alors qu'eux-mêmes se présentent dans la pire des attitudes antiscientifiques en refusant de s'intéresser à leurs observations.

Car il suffirait d'un regard honnête sur les résultats cliniques obtenus depuis deux cents ans pour se convaincre que ceux-ci méritent un peu plus d'attention et que le fondateur de l’homéopathie, Hahnemann, a bien apporté en médecine une forme de révolution.

Des critères de validation biaisés

La légitimation sociale de l’homéopathie est bien amorcée, il faut maintenant qu’elle soit validée par le milieu « scientifique ». Mais il existe à nouveau des obstacles épistémologiques redoutables à cette validation, car les mots n'ont pas le même sens dans les 2 camps :

- Pour les tenants du discours dominant, une thérapie est « validée » si elle satisfait aux critères existants, sur lesquels reposent la reconnaissance du savoir actuellement établi.

- Pour les défenseurs des médecines alternatives, une thérapie est validée en fonction de l’efficacité du traitement et sa contribution à un élargissement du savoir médical. Les critères offi­ciellements en vigueur sont suspects de partialité et réducteurs.

On touche le fond du problème : la médecine officielle n'est pas actuellement en mesure de produire les outils et les procédures qui permettraient d'évaluer et de valider les pratiques médicales complémentaires.

Elle peut seulement édicter des exigences concernant les conditions générales à respecter dans l'intérêt des patients : non-toxicité relative des substances employées, strictes conditions d'hygiène dans les préparations de médicaments, formation du prescripteur et de l'exécutant de la prescription.

Ces procédures sont adaptées aux médicaments de composition chimique contrôlée et sont le plus souvent inapplicables à des thérapies qui ne relèvent pas de la pharmacothérapie la plus orthodoxe.

Pourtant si l’on se réfère à l’épistémologie, une médecine pratiquée depuis de longs siècles chez des millions de patients avec une efficacité certaine présente un statut scientifique. C’est le cas pour l’acupuncture et l’homéopathie.

L’homéopathie : une question de logique

L'homéopathie est régulièrement remise en question malgré des validations pratiques très nombreuses. Déjà son fondateur, le médecin allemand Samuel Hahnemann, avait été violemment dénigré lorsqu'il a commencé à pratiquer l'homéopathie en 1800. Il a été chassé de Leipzig et a dû déménager de ville en ville avant de finir par s'installer à Paris.

Ce qui fascine dans l’homéopathie, c’est la taille infiniment petite de la substance utilisée. D’ailleurs à ce niveau, ce n’est même plus de l’ordre de la molécule, mais de l’information.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il est possible de conserver la mémoire d’une molécule même si elle n’est plus présente.

Voilà comment fonctionne l’homéopathie : on va agir sur l’organisme en lui envoyant une information sur une molécule, auquel il répond en amorçant une activité identifiée à cette molécule.

Ainsi, Jacques Benveniste a démontré que l'eau conserve les propriétés d'une molécule qui ne s'y trouvait plus. Il n’a pas montré qu'un médicament dilué à l'infini est encore capable de guérir, mais qu'un produit biologique peut transmettre son activité à de l'eau au cours de dilutions successives.

D'autres ont obtenu les mêmes résultats, comme le Pr Luc Montagnier qui, après avoir filtré de l'eau contenant des microbes, a retrouvé la longueur d'onde du microbe sans qu'il en subsiste la moindre molécule. Il est certain qu'il existe autre chose que la chimie pour expliquer l'action de ces médicaments.

Curieusement, les mentalités n'ont pas beaucoup évolué depuis deux siècles et le reproche qui est fait aux homéopathes est toujours le même : « Vous ne pouvez pas guérir avec rien ! »

Depuis 15 ans, plusieurs études cliniques ont été effectuées en « jouant le jeu », malgré ces règles très défavorables et même contraires à l'homéopathie. Menées souvent en double insu (un groupe prend le remède et un autre groupe prend un placebo sans savoir qui prend quoi), elles ont fréquemment montré l'efficacité des traitements homéopathiques.

Une conception qui rejoint la science moderne

L’homéopathie se confronte à l’infiniment petit. Cette notion controversée à son époque est aujourd’hui bien mieux comprise, avec l’émergence de la physique quantique et des particules.

Hahnemann a fait une autre découverte fondamentale : la loi d’inversion d’action suivant les doses. Pour simplifier, une substance va avoir un effet inverse si elle est utilisée à haute dilution ou à basse dilution.

Ainsi, l'adrénaline hypertensive à doses normales se révèle hypotensive à doses infinitésimales.

De même, les scientifiques découvrent aujourd’hui que les catalyseurs accélèrent à doses infinitésimales de puissantes réactions biologiques.

L’importance d’une médecine à taille humaine

La grande qualité de l’homéopathie est de considérer l’humain dans sa totalité, corps et esprit.

On peut comprendre pourquoi beaucoup de personnes se tournent vers les médecines qui ont sauvegardé cette notion de l'esprit de synthèse et, à l'homme divisé, préfère l'homme total :

- Analyser l’homme dans sa spécificité au lieu de la maladie ;

- Préférer la nuance à la classification ;

- Prendre en compte non seulement la matière, mais aussi le rôle de l’énergie.

L’échec de la médecine chimique

Aucun médicament chimique n’est « accepté » par l’organisme car il n’est pas équipé pour les « métaboliser ». On dit que ces substances chimiques sont iatrogènes, c’est-à-dire qu’elles génèrent d’autres maladies.

En effet ces éléments étrangers et agressifs vont altérer les 5 barrières qui nous protègent.

En commençant par la barrière intestinale : la muqueuse perforée va laisser passer les débris alimentaires, les virus et les bactéries. Le dernier filtre est la barrière entre le cerveau et la circulation sanguine. Lorsqu’elle est débordée, elle donne lieu à des maladies neurologiques : Alzheimer, SEP, Charcot, Parkinson....

Voilà pourquoi les maladies infectieuses et les affections incurables ont cédé la place au développement de maladies chroniques dégénératives et surtout mentales.

Cela explique peut-être pourquoi, depuis 1965, l'espérance de vie masculine stagne autour de 78 ans.

Le progrès scientifique s'est assorti de si fâcheux effets secondaires qu'un malade sur cinq est hospitalisé pour « effet secondaire » de thérapeutique.

Dans les services cardiovasculaires sont aménagés des espaces destinés, d'une part, aux thérapeutiques anticoagulantes et, d'autre part, aux méfaits de ces mêmes thérapeutiques. Le traitement des causes et des effets ne sont séparé que de quelques mètres.

Chaque année le ministère de la santé interdit deux produits chimiques. Cela a commencé avec le Mediator qui a eu un retentissement international, suivi par Depakine, Previscan et la liste à exclure ne fait que commencer.

Personnellement pour traiter une bronchite trainante, mon pharmacien m’a recommandé Cyflox, un des derniers antibiotiques dit efficace. Deux jours après la prise j’ai subi une rupture d’un tiers de mon tendon d’Achille. J’ai consulté le Vidal qui signale qu’une seule gélule peut causer la rupture totale du tendon.

Tous ces produits pris au long cours sont iatrogènes. Notre ministre de la santé heureusement ne rembourse plus les 4 remèdes majeurs destinés à la maladie d’Alzheimer.

Beaucoup de patients ont relevé les méfaits des IPP, alpha et bêta bloquant, des statines, des bisphosphates, employés quotidiennement.
Seule, la médecine générale, cette mal-aimée des facultés de médecine, a réellement cherché en France et en Europe à élaborer une réponse adaptée aux situations auxquelles elle est confrontée.

Les médecins généralistes se tournent avec intérêt vers les pratiques parallèles car ils sont au contact permanent des patients. Conscients de la coupure qui s'établit entre le discours savant et le discours social sur la santé, formés par leur écoute des patients, ils sont à la recherche d'alternatives mieux comprises.

Aujourd’hui où tout semble bouger à une allure folle, l'homéopathie représente une voie fédératrice qui est véritablement révolutionnaire :

- Elle accorde la plus grande attention aux véritables aspirations de l'humain à préserver son unité,

- Ses fondements convergent avec les préoccupations modernes de la science notamment en matière de faibles doses et de recherche de remèdes capables de rétablir ou de maintenir les équilibres biologiques sans effets secondaires.

A l'opposé d'un système dispensateur de soins planifiés qui assisterait chaque individu de façon plus ou moins autoritaire sans tenir compte des aspirations de chacun, le médecin de terrain propose que celui-ci prenne son destin en main et soit l'artisan de sa santé dans une étroite collaboration de dialogue avec tous les membres du corps médical.

En témoignant qu'il peut exister d'autres manières d'appréhender l'homme dans sa maladie, on peut concevoir qu’une nouvelle conception de la santé et de la maladie émerge et permettra à toutes ces « médecines », entre temps apurées, de s'intégrer dans un ensemble cohérent : la science médicale aura alors franchi une nouvelle étape.

On ne parlera plus de médecines parallèles, les patients disposeront d’une médecine plus « écologique », plus naturelle et plus efficace.

Cet appel à une « médecine générale de l'homme » commence à se manifester dans les couches profondes du corps médical.

Dans cette aspiration à un rapport qualitatif entre la science et l'homme, l’homéopathie est systématiquement mise à l'écart alors que sa doctrine, son mode de pensée correspondent exactement aux exigences actuelles. Son introduction dans tous les pays (Amérique du Nord et surtout Amérique latine, Allemagne, Angleterre, Italie, Suisse, Belgique) a donné naissance à de nombreux instituts, collèges et cliniques médicaux ; sociétés et publications se sont multipliées.

Une attitude aussi négative de la part de médecins, professeurs de facultés de médecine ou responsables de santé publique, ne peut s’expliquer que par des comportements passionnels et irrationnels.

Galilée pour éviter d'être dispersé en cendres et fumée sur un bûcher de l'Inquisition, se rétracta, devant le tribunal ecclésiastique, de ses affirmations scientifiques concernant la rotation de la terre.

Comme lui qui affirma, en aparté, « et pourtant elle tourne », beaucoup de praticiens homéopathes ont dû, pendant deux siècles, faire le gros dos sous les lazzis de confrères « pseudo-scientifiques » en murmurant : « et pourtant, nous guérissons ».

La diligence tuait moins que l’automobile

Il y a plus de 40 ans, on ironisait dans une revue scientifique en dessinant un médecin classique dans une automobile moderne et un médecin homéopathe dans une diligence. Aujourd’hui j’ose dire que la diligence avait peu d’accidents et tuait beaucoup moins que l’automobile (voir les scandales actuels sur tous ces médicaments qui tuent).

Puis-je vous offrir une diligence sur coussin d’air, à propulsion solaire, à conduite automatique, pour vous amener dans l’espace de la santé par l’homéopathie et les médecines naturelles, plutôt que de vous laisser dans votre voiture polluante, non biodégradable, qui roule trop vite et qui tue des milliers de gens ? Bon voyage !

Lorsqu'on lit la presse médicale quotidiennement, on est vite persuadé que la conception du médicament est en train d'évoluer dans les grands laboratoires pharmaceutiques classiques. On croit de moins en moins en la solution du médicament miracle capable de guérir une maladie.

On s'intéresse de plus en plus aux molécules porteuses d'information entre les cellules comme les interleukines que l'on tente d'utiliser pour traiter certaines maladies graves comme les hépatites chroniques C ou certaines leucémies.

L'idée qu'il faudra en arriver à traiter chaque malade individuellement en utilisant ses propres molécules commence à faire son chemin.

Dans le même temps, on voit se multiplier les recherches sur les plantes traditionnelles utilisées dans toutes les pharmacopées du monde. Cette phytothérapie, qui a longtemps tenu la première place en médecine, revient à l'honneur, et de nombreux résultats attestent que les anciennes préparations qui contiennent des mélanges de molécules extraites par différents procédés d'une partie ou de la totalité de la plante sont généralement plus actives que le principal produit actif isolé de ce complexe.

Voilà ! Amis lecteurs, la réponse d’un médecin homéopathe qui pratique l’homéopathie et autres médecines naturelles depuis 40 ans, notamment lors de missions humanitaires avec mon association « Les médecins aux pieds nus », ce qui m’a valu d’être rayé de l’Ordre des médecins et du conseil d’état alors que je n’ai jamais été inscrit à cet ordre.

Je suppose que la plupart d’entre vous recourent à ces médecines alternatives.

Je vous signale que j’ai créé en 1987 à la Sorbonne, la faculté libre de médecines naturelles et d’ethnomédecine ouverte au public (niveau bac).

Ainsi vous pouvez vous inscrire à une des nombreuses disciplines (naturopathie, diététique, homéopathie, réflexologie, aromathérapie, médecine énergétique…).

Ces cours ont lieu en week-end ou par correspondance.

Tel 0142500458
Site internet : http://www.flmne.org
Email : contact@flmne.org

Vous pouvez aussi obtenir une subvention de l’état. Peut-être à bientôt de faire votre connaissance !

Dr Jean-Pierre Willem


PS : Je suis actuellement à la recherche d’une bénévole à Paris pour m'accompagner au niveau administratif. Si vous êtes intéressée, remplissez ce formulaire

Si vous n'êtes pas déjà inscrit pour recevoir La Lettre du Dr Willem, vous pouvez vous inscrire en cliquant sur ce lien.
Pour être sûr de bien recevoir La Lettre du Dr Willem à chaque envoi, et éviter qu'elle ne se perde dans votre boîte e-mail, merci de bien vouloirvisiter la page suivante.

Jean-Pierre Willem - FLMNE - 9, rue du Général Beuret 75015 Paris
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1134
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

Précédent

Retour vers SOCIETE

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : Aucun Gaulois inscrit et 11 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->