Quel avenir pour Air France ?

Incidents , compagnies , constructeurs , voyages , vos questions ...

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Pilotix » 15 Nov 2018 03:38

Ca n'arrive qu'à ces anes ce genre de gag , meme le spare en pane a destination : des clowns a eviter absolument .
Pilotix
 
Messages: 3007
Inscrit le: 08 Sep 2014 11:18

...
 

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Berurix » 06 Déc 2018 12:37

AIR FRANCE : LE SYNDICALISTE JUSQU'AU-BOUTISTE DES PILOTES DÉSAVOUÉ PAR SA BASE

Lors des élections professionnelles des membres du Syndicat national des pilotes de ligne ce mardi 4 décembre, l'équipe sortante présidée par Philippe Évain est sortie grande perdante des scrutins. L'opposition, considérée comme "modérée", a elle remporté 34 élus sur 48 représentants au conseil du SNPL.

C'est une défaite cinglante pour le président du Syndicat national des pilotes de ligne. Le représentant du SNPL n'a recueilli que 516 voix sur 1894 lors des élections au Conseil du SNPL ce mardi 4 décembre, dont le taux de participation a dépassé 80% selon Le Figaro. Philippe Evain finit ainsi à la 41e place sur une liste de 48 élus et perd ainsi son poste de président du SNPL d'Air France. Un désaveu qui intervient après quatre années marquées par de sérieux conflits et des grèves à répétition. Surnommé "lider Maximo" en avril dernier par le patron de la CFDT Laurent Berger il incarnait la ligne dure du syndicat et était considéré par certains comme un frein à la réforme d'Air France.

Les PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac et Jean-Marc Janaillac mais aussi ceux d'Air France, Frédéric Gagey et Franck Terner, avaient déjà tenté de se débarrasser de Philippe Evain. Avec ce vote, "les pilotes ont rejeté le conflit permanent", explique un pilote de la majorité à La Tribune. Il précise tout de même que "la nouvelle équipe veut des conditions identiques à celles des pilotes de KLM". Cette élection marque un renouvellement profond au sein du SNPL qui se veut désormais tourné davantage vers un dialogue social constructif.

Le président ou la présidente du syndicat sera nommé jeudi 6 décembre après un vote des représentants des élus. Il devra prendre la suite des négociations catégorielles sur les salaires. Pour rappel, le SNPL souhaite obtenir 4,8%, en plus des 4% déjà obtenus de manière collective avec les autres catégories de personnel de l'entreprise. Avant toute revendication, la nouvelle équipe dirigeante va attendre la présentation de la stratégie du nouveau directeur général d'Air France-KLM Ben Smith concernant la politique envisagée par le groupe.

Le nouveau directeur général appelait de ses vœux ce changement de gouvernance au sein du principal syndicat de pilotes de la compagnie. "Je pense qu'il est clair que nos pilotes à Air France veulent une compagnie qui soit plus stable. Ils veulent gagner, avoir un avenir durable", assurait-il fin octobre à des analystes lors de la présentation des derniers résultats de l'entreprise selon Reuters.


https://www.capital.fr/entreprises-marc ... se-1318588
"On ne ment jamais autant qu'avant les élections, pendant la guerre et après la chasse." Georges Clemenceau
Avatar du Gaulois
Berurix
 
Messages: 2400
Inscrit le: 31 Mai 2011 00:33

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Teledrone » 06 Déc 2018 18:25

J'observe que les pilotes demandent les mêmes conditions que celles des pilotes KLM ..

Avec ce vote, "les pilotes ont rejeté le conflit permanent", explique un pilote de la majorité à La Tribune. Il précise tout de même que "la nouvelle équipe veut des conditions identiques à celles des pilotes de KLM"



...et un petit rappel à ceux qui n'ont pas tenté ou réussi au concours sélection AF , ouvert, à ma connaissance, à tous les pilotes Européens :



La secrétaire générale de la section CGT (...) estime «qu’il ne devrait pas y avoir un écart supérieur de 1 à 20 entre les plus faibles et les plus hautes rémunérations» tout en considérant que le commandant de bord d’un avion de 500 passagers «a plus de responsabilités qu’un membre de la direction générale». (...)

Teledrone
 
Messages: 40
Inscrit le: 15 Sep 2018 18:02

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Pilotix » 06 Déc 2018 19:25

Je ne connais pas les trois de la presidence mais quelques Huns du bureau si, enfin des pragmatiques dans ce panier de crabes .
Image
Pilotix
 
Messages: 3007
Inscrit le: 08 Sep 2014 11:18

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Berurix » 12 Déc 2018 02:21

Anne Rigail va devenir la première femme à diriger Air France

Anne Rigail, directrice générale adjointe Client et membre du conseil d'administration d'Air France va être nommée ce mercredi directrice générale d'Air France. Elle devient ainsi la première femme à diriger la compagnie tricolore.
Les choses changent à Air France-KLM et à Air France. En août dernier, Air France-KLM avait pour la première fois nommé un étranger pour diriger le groupe en la personne du Canadien Ben Smith. Aujourd'hui, pour la première fois de sa longue histoire, Air France sera pilotée par une femme.

Une grande connaisseuse du secteur et de la compagnie

Selon des sources concordantes confirmant les informations d'Europe 1, le nom d'Anne Rigail, 49 ans, directrice générale adjointe Client et membre du conseil d'administration de la compagnie française, va être proposé ce mercredi au conseil d'administration du groupe pour être la prochaine directrice générale d'Air France. Elle remplacera donc Ben Smith, lequel, en parallèle de ses fonctions à la tête d'Air France-KLM, dirigeait de manière temporaire Air France depuis le départ en septembre de Franck Terner.

Entrée à Air Inter en 1991, puis à Air France en 1996, cette diplômée de l'Ecole des Mines de Paris connaît la compagnie sur le bout des doigts. Après plusieurs postes de responsabilités "au sol", elle a été nommée en 2013 directrice générale adjointe du service en vol et, à ce titre, est entrée au comité exécutif (Comex) de la compagnie. En 2017, elle s'est vue confier le poste de DGA Client.

Négocier avec les pilotes

Anne Rigail aura donc la charge de négocier avec le SNPL un accord catégoriel sur les salaires des pilotes mais aussi les contreparties liées aux conséquences du plan stratégique du groupe que Ben Smith prévoit de présenter en février.

Reste à voir avec quelle équipe la nouvelle boss va s'appuyer, sachant que, selon nos informations, Ben Smith a demandé à un cabinet de chasseur de têtes d'évaluer les membres du Comex.

Evaluation de la sécurité des vols

Le Canadien a déjà commencé à apporter des modifications dans le périmètre des postes. Jusqu'ici rattachées au Centre de contrôle des opérations (CCO), la préparation et le suivi des vols est désormais rattachée aux opérations aériennes dirigé par Olivier Dulat. Responsable du CCO et membre du conseil d'administration d'Air France, Catherine Jude va se voir confier d'autres fonctions. Par ailleurs, Ben Smith a décidé de créer une "task force" sur la sécurité des vols pour évaluer les procédures et les pratiques d'Air France. Elle sera pilotée par Eric Robert, un commandant de bord A380.


https://www.latribune.fr/entreprises-fi ... 00746.html
"On ne ment jamais autant qu'avant les élections, pendant la guerre et après la chasse." Georges Clemenceau
Avatar du Gaulois
Berurix
 
Messages: 2400
Inscrit le: 31 Mai 2011 00:33

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AL40 » 10 Jan 2019 20:46

Fin de vol pour la compagnie Joon chez Air France

Image

Benjamin Smith, directeur général d’Air France-KLM, a pris sa décision : Joon, la filiale pour "millennials" d’Air France, va voir ses opérations intégrées au sein de la compagnie mère, un an seulement après sa création.

C'était dans les cartons depuis l'arrivée en août dernier de Benjamin Smith, le nouveau directeur général d'Air France-KLM : l'arrêt de la compagnie à coûts réduits Joon. Treize mois à peine après son lancement, la filiale du flagship tricolore sensée séduire les millennials et contrer la concurrence des compagnies du Golfe n'a visiblement pas convaincu le nouveau patron canadien désireux de simplifier le portefeuille de marques du groupe, comme l'avait révélé Le Figaro le mois dernier.

A l'issue d'un accord signé par la direction et les syndicats, la filiale va donc être absorbée par Air France. "A terme, les appareils vont retrouver les couleurs d'Air France et la marque Joon va disparaître," confirme-t-on dans l'entourage de la direction. En 2020, il était prévu que la flotte de Joon atteigne 28 appareils, dont dix nouveaux long-courriers A350. Côté social, les 600 hôtesses et stewards, salariés de Joon, vont être réintégrés dans le groupe. Sachant que le reste du personnel, notamment les pilotes, étaient déjà salariés de la maison-mère.

Cet arrêt de la filiale pose toutefois la question de la réduction des coûts sensée améliorer la performance du moyen-courrier d’Air France. Les personnels navigants commerciaux (PNC) de Joon étaient embauchés à des coûts de près de 40% inférieurs à ceux d’Air France. Ces derniers temps, ils remettaient en cause leurs salaires jugés trop bas, des rythmes de rotation éprouvants et leurs conditions d’hébergement. Ils bénéficieront désormais des mêmes conditions de salaires et de travail que ceux de leurs homologues au sein de la maison-mère. "Je suis très heureux de ce nouvel accord équilibré, qui représente l'aboutissement des discussions catégorielles avec nos personnels navigants commerciaux a déclaré Ben Smith, dans un communiqué publié jeudi 10 janvier. En collaboration avec la SNPNC, l’UNAC, et l'UNSA-PNC, nous avons été en mesure de résoudre de nombreuses préoccupations de nos PNC, tout en travaillant simultanément à aligner leurs intérêts sur ceux d'Air France."

L’arrêt de Joon, bien que rentable, mais considérée par de nombreux clients et spécialistes du secteur comme un produit trop hybride, signe aussi la volonté du nouveau patron de relancer une stratégie premium à Air France avec un positionnement plus lisible, à l’image haut de gamme, développé en parallèle à celui de la marque low cost du groupe, Transavia.

"Malgré les impacts incontestablement positifs de Joon, notamment le travail remarquable des équipes qui ont lancé et fait vivre la compagnie, la marque a dès le début été difficilement comprise par les clients, par les salariés, par les marchés, par les investisseurs, poursuit le directeur général dans son communiqué. La multiplicité des marques a créé de la complexité et a malheureusement affaibli la puissance de la marque Air France. L'intégration de Joon au sein d’Air France devrait apporter de nombreux avantages, notamment l'harmonisation de la flotte, des produits, de la marque. La gestion des opérations serait améliorée grâce à une flotte commune d’avions."

Reste à savoir comment Ben Smith entend améliorer la rentabilité des lignes desservies par Joon. Il y a encore 18 mois, 35% des lignes long-courriers d'Air France étaient encore dans le rouge. Sur le moyen-courrier, le taux de lignes déficitaires atteignait même 80%. Pour l'heure, tous les vols Joon actuellement vendus ou à la vente seront assurés par la filiale jusqu’à la finalisation du projet puis repris par Air France, précise-t-on chez Air France.


https://www.challenges.fr/entreprise/po ... oon_635702
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 648
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AL40 » 22 Jan 2019 21:37

Air France : Benjamin Smith en passe de trouver un accord avec les pilotes

En échange d’une hausse de rémunération, le SNPL accepterait d’accompagner la stratégie de montée en gamme de la compagnie.

Image
Le directeur général d’Air France-KLM, Benjamin Smith,
à Paris, le 16 janvier
. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP


Benjamin Smith, le nouveau directeur général d’Air France-KLM, va-t-il réussir là où ses deux prédécesseurs, Alexandre de Juniac puis Jean-Marc Janaillac, ont échoué ? Après s’être attiré les bonnes grâces des syndicats d’hôtesses et de stewards d’Air France, début janvier, en enterrant la filiale à bas coûts Joon et en acceptant de réintégrer au sein de la compagnie les personnels navigants commerciaux de ladite filiale, il n’est pas loin de trouver un accord avec le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL). Comme l’a évoqué La Tribune, lundi 21 janvier, les pilotes accepteraient, moyennant une augmentation de leur rémunération, d’accompagner la montée en gamme prônée par M. Smith pour développer Air France.

Pour le dirigeant de la compagnie franco-néerlandaise, son salut passe par la mise en œuvre d’une stratégie axée sur le « premium », à savoir la ­conquête de passagers « à haute contribution », principalement ceux des classes affaires et Premium Economy. En pratique, l’augmentation, inférieure aux 4,7 % réclamés par le SNPL, viendra s’ajouter aux 4 % (versés en deux fois 2 %) déjà accordés par Air France à ses salariés. En échange, les pilotes d’Air France devront changer l’unité de mesure qui permet de comparer l’activité de leur compagnie à celle de KLM. Jusqu’à présent, elle s’exprimait en nombre de sièges au kilomètre offert, le fameux indicateur SKO.

Néanmoins, ce critère se heurte à la stratégie premium décidée par M. Smith pour Air France et KLM. Le directeur général souhaite réduire le nombre de sièges de classe économique des long-courriers d’Air France pour y installer plus de fauteuils de classe affaires. A l’inverse, il veut densifier les cabines des avions de KLM, en augmentant le nombre des sièges de classe économique, et réduire la place consentie aux passagers « à haute contribution ». Une politique dictée par la quasi-saturation de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, le hub de KLM.

In fine, il y aurait moins de passagers, mais plus rentables chez Air France, et plus de sièges disponibles chez KLM, faute de pouvoir augmenter la taille de la flotte – une sorte de partage des tâches. Corollaire : Air France deviendra la compagnie premium du groupe, tandis que KLM se consacrera essentiellement aux vols loisirs.

Pour obtenir l’aval des pilotes, M. Smith serait disposé à leur garantir qu’ils continueront de disposer de long-courriers gros porteurs comme les A350 d’Airbus ou les 777 de Boeing. Grâce à cette méthode, « les coûts d’Air France vont augmenter, mais les revenus aussi », veut croire Jean-Louis Barber, ancien président du SNPL et l’un des mieux élus, en décembre, à l’occasion du scrutin destiné à renouveler le conseil du syndicat.

Tous les pilotes ne partagent pas cet avis. Il y aura « une perte d’activité », dénonce Philippe Evain, lui aussi ex-président du SNPL. Il redoute « qu’en cas de retournement de conjoncture les premiers passagers que l’on [perde], ce [soient] les clients “à haute contribution” ». C’est ce qui s’était passé lors de la crise économique de 2008. A l’époque, toutefois, l’offre d’Air France n’était pas à la hauteur, rétorque M. Barber. Selon lui, « Air France est une marque très puissante », qui peut gagner son pari avec une offre de qualité.

Enfin, pour être définitivement accepté, le projet d’accord doit être présenté au conseil du SNPL, mercredi 23 janvier, avant d’être soumis aux adhérents du syndicat. Un vote favorable de leur part témoignerait d’une révolution culturelle chez les pilotes. En effet, ces derniers devront renoncer à l’une des revendications qu’ils portent depuis des années : le rééquilibrage, en faveur d’Air France, de l’activité avec KLM.


https://www.lemonde.fr/economie/article ... _3234.html
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 648
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Pilotix » 22 Jan 2019 22:42

Du moment que leur salaire est augmenté tu peux faire passer tt ce que tu veux : ils voteront d'une seule voix !!
Sinon le Ben est un peu inquiétant dans sa démarche de faire porter la faute à ADP et l'état, reprenant ainsi la vieille rengaine des pilotes ...il a aussi dit cela à l'AN :
Les conditions de rémunération et d'emploi des pilotes d'Air France sont très compétitives. Ce qui nous tire vers le bas et entame notre compétitivité, ce sont les charges et les taxes qui y sont attachées.
Pilotix
 
Messages: 3007
Inscrit le: 08 Sep 2014 11:18

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Pilotix » 23 Jan 2019 16:11

... et il a fallu pas loin de 4 ans au BEA pour pondre leur rapport sur l'erreur de 100 tonnes , rapport qui revient à dédouaner les aigles et charger Boeing . so it goes .
https://www.bea.aero/uploads/tx_elydbra ... 5-0225.pdf
Pilotix
 
Messages: 3007
Inscrit le: 08 Sep 2014 11:18

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AL40 » 23 Jan 2019 23:55

Air France : le conseil du SNPL approuve le projet de Ben Smith et lance un référendum auprès des pilotes

Ce mercredi, le conseil du SNPL a voté largement (35 voix contre 12) en faveur du projet d'accord conclu la veille par la direction du syndicat et celle de la compagnie. Une consultation va être lancée auprès des tous les pilotes de la compagnie. Le résultat sera connu mi-février.

Rendez-vous mi-février. C'est à ce moment-là qu'Air France saura si le SNPL signera avec la direction un accord portant sur les conditions de rémunération et de travail des pilotes permettant d'accompagner la stratégie de montée en gamme prévue pour Air France par le nouveau directeur général canadien d'Air France-KLM, Ben Smith. Cet accord prévoit notamment des mesures de flexibilité pour les pilotes en contrepartie d'une hausse salariale de 4% environ en moyenne, selon certaines sources.

Ce mercredi 23 janvier, le conseil du SNPL Air France a en effet voté largement (35 voix contre 12) en faveur du projet d'accord conclu la veille par la direction du syndicat et celle de la compagnie. Une consultation va être lancée auprès des tous les pilotes de la compagnie. Le résultat sera connu mi-février. En cas de victoire du "Oui", l'accord sera signé.

Il permettra à Ben Smith de mettre en place sa stratégie de montée en gamme. En effet, la direction et le syndicat des pilotes ont trouvé un accord pour définir de nouveaux critères d'équilibre de production ("production balance") entre Air France et KLM, un sujet sensible qui a souvent été à l'origine de tensions sociales entre les pilotes d'Air France et la direction, notamment quand KLM s'est développée plus vite pendant les difficultés financières d'Air France (2008-2015).

Depuis la création du groupe Air France-KLM en 2004, cette "production balance" établit le niveau d'activité à respecter pour Air France et KLM, afin de maintenir peu ou prou le poids de chacune des deux compagnies au sein groupe au niveau qui était le sien au moment de leur rapprochement (afin d'éviter qu'une compagnie ne se développe au détriment de l'autre). Soit, grosso modo, deux tiers pour Air France et un tiers pour KLM. Depuis l'origine, cette "production balance" était mesurée en termes d'heures de vol et de sièges kilomètres offerts (SKO). Par ailleurs, l'accord de création de Joon en 2017 fixait également une croissance en nombre d'avions stipulant que, pour tout nouvel avion entrant dans la flotte de KLM, deux appareils devaient entrer dans celle Air France.

Problème, sensible aux configurations des cabines d'avion, le critère en sièges kilomètres offerts n'est pas adapté à la stratégie "premium" souhaitée par Ben Smith pour Air France. Car l'installation de plus de sièges spacieux en première classe, classe affaires et en classe Premium Economy, au détriment de la classe économique, entraîne de facto une diminution du nombre de sièges global dans les avions long-courriers d'Air France.

Aussi, si le critère concernant la croissance du nombre d'avions d'Air France doit être renforcé par rapport ce qu'il était, et celui des heures de vol maintenu, celui des SKO sera, en cas d'accord, remplacé par un nouveau critère : le certificat de navigabilité des avions élaboré par les avionneurs. Définissant une capacité d'offre maximale d'un avion, ce critère maintient l'intérêt pour les pilotes d'avoir des avions de grande taille dans le calcul des équilibres de production, et permet à chacune des deux compagnies de décider librement de l'aménagement de ses cabines. Air France pourra ainsi "dédensifier" ses avions pour mettre plus de sièges confortables, et KLM densifier les siens, au moment où cette dernière n'a plus d'autres choix pour croître que d'augmenter le nombre de sièges par avion en raison de la saturation de l'aéroport d'Amsterdam Schiphol.

Ce changement de seuil évite ainsi de devoir acheter un trop grand nombre d'avions pour Air France afin de maintenir l'écart en SKO avec KLM.


https://www.latribune.fr/entreprises-fi ... 04936.html
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 648
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AL40 » 31 Jan 2019 01:41

Après Joon, Air France pourrait supprimer la marque Hop !

Image

Alors que les hauts cadres de la compagnie se refusaient à tout commentaire sur le sujet fin 2018 et en début d’année, martelant le message d’une activité court et moyen-courrier essentielle à sa maison mère, la marque HOP! fustigée en interne par Benjamin Smith pourrait disparaître ou repasser en arrière plan derrière le nom d’Air France.

Après une année 2018 compliquée d’un point de vue financier et opérationnel, le nouveau PDG du groupe Air France – KLM s’attaque au dossier de la restructuration de la compagnie régionale.

Selon des informations exclusives du quotidien latribune.fr, une slide présentée au comité d’entreprise de HOP! et au conseil d’administration d’Air France jette un pavé dans la marre en ne mentionnant plus que HOP! par la formule « Air France XXX ». La marque pourrait ainsi soit repasser en arrière plan derrière la marque Air France, ou simplement disparaître au profit d’un autre appellation qui débuterait par Air France. Cette information laisse donc planer le doute sur l’avenir commercial de la marque HOP! qui pourrait disparaître d’un coup de baguette comme pour Joon, dont la disparition a été actée il y moins de trois semaines. Toujours selon latribune.fr, qui cite des sources proches du comité d’entreprise de la compagnie, HOP! pourrait se focaliser sur l’exploitation de ses deux bases parisiennes avec une flotte 100% Bombardier à Orly et 100% Embraer à Roissy.

Six ans après sa création en réunissant les compagnies Brit Air, Régional et Airlinair, le bilan est plutôt décevant pour HOP!, dont la flotte a été divisée par deux pour ne compter aujourd’hui qu’une cinquantaine d’avions, qui ne parvient pas à rivaliser face au développement massif des compagnies low-cost sur les aéroports régionaux français.

Le vent du changement soufflait déjà depuis l’an dernier sur la compagnie, avec la décision de repasser les vols HOP! « A5 » sous le code operating « AF » à partir de septembre 2019. Comme avec Joon, la marque HOP! qui assure le programme des vols courts et une partie du moyen-courrier d’Air France a du mal à être comprise par la clientèle Air France, notamment à l’internationale où elle ne profite actuellement pas de la très forte notoriété de la marque à la « crevette » (surnom du cheval ailé présent sur le logo historique d’Air France). Au delà des chiffres, la marque HOP! aura eu le mérite de présenter une offre commerciale rajeunie et dynamique, qui insiste particulièrement sur l’aspect abordable du transport aérien point à point en dépoussiérant au passage l’offre Air France, qui de toute façon n’avait pas le bon positionnement pour rivaliser avec les compagnies low-cost sur son marché historique.


https://actu-aero.fr/2019/01/30/apres-j ... arque-hop/
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 648
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AL40 » 19 Fév 2019 15:16

Les pilotes d'Air France ont voté pour l'accord salarial-SNPL

Les pilotes d'Air France ont approuvé à une large majorité l'accord salarial qui leur était soumis lors d'une consultation organisée par le Syndicat national des pilotes de lignes, a annoncé le syndicat majoritaire. Les pilotes étaient appelés à se prononcer, entre le 1er et le 19 février, sur un projet d'accord concernant notamment leur rémunération, négocié entre la direction et les deux organisations syndicales de la compagnie aérienne : SNPL et SPAF, Syndicat des pilotes d'Air France.

Après les hôtesses et stewards et le personnel au sol, la signature de cet accord clôt le cycle des négociations catégorielles menées par les équipes du directeur général d'Air France-KLM Benjamin Smith, arrivé à la tête du groupe en septembre, pour mettre un terme au conflit social au sein de la compagnie française.

"Les pilotes d'Air France ont approuvé l'accord par 85,42 % de votes positifs", annonce le SNPL. Le taux de participation a atteint 70,51 %.

"Après des mois de conflit, il était temps d'entrer dans une nouvelle ère de dialogue social. L'approbation du texte par nos collègues nous conforte dans cette idée et confirme l'envie de chacun d'aller de l'avant pour offrir de nouvelles perspectives à la compagnie et au Groupe", déclare Guillaume Gestas, Président du SNPL Air France ALPA. "La confiance exprimée par les pilotes envers la nouvelle direction d'Air France ne sera pas un blanc-seing. Le SNPL Air France sera particulièrement attentif au strict respect des garanties de l'accord qu'il s'apprête à signer." ajoute-il.


http://www.lefigaro.fr/flash-eco/les-pi ... l-20190219
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 648
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Teledrone » 21 Fév 2019 11:32

http://www.araf.info/espaceadherents/pd ... France.pdf

RESULTATS ANNUELS 2018 Bonne résistance des résultats malgré l’impact des grèves et la hausse de la facture carburant

ANNÉE 2018  Plus de 100 millions de passagers transportés par le Groupe, leader européen sur le long-courrier,  Recette unitaire par SKO en hausse de 1,1%,  Progression des revenus pour toutes les activités, avec une hausse à deux chiffres pour Transavia,  Coûts unitaires en hausse de 0,6% à change, carburant et charges de retraites constants1,  Résultat d’exploitation de 1.332 millions d’euros, grâce à une solide performance commerciale et à la bonne maîtrise des coûts, mais impacté par les grèves à Air France au premier semestre et par l’augmentation de la facture carburant1,  Poursuite de la réduction de la dette nette du Groupe, en recul de 195 millions d’euros à 6,2 milliards d’euros, et ratio Dette nette/EBITDA à 1,5x.

PERSPECTIVES POUR L’ANNEE 2019  Le Groupe continuera à travailler à l’amélioration de la recette dans un contexte de hausse attendue de sa facture pétrolière. Sur la base des données actuelles du réseau Passage :  Les coefficients de réservations long-courrier sont stables en moyenne sur la période février-avril par rapport à l’année dernière, et orientés positivement en début d’été,  La recette unitaire Passage est attendue en baisse à change constant au premier trimestre par rapport à l’an dernier, en partie en raison du décalage de la période de Pâques,  Réduction des coûts unitaires (CSKO) entre -1% et 0% à change et carburant constants,  Ratio Dette nette/EBITDA en-dessous de 1,5x.

Le Conseil d’Administration d’Air France-KLM, présidé par Anne-Marie Couderc, s’est réuni le 19 février 2019 pour approuver les comptes de l’année 2018.

«Avec le plus grand réseau long-courrier au départ de l’Europe, le Groupe Air France-KLM a franchi en 2018 le cap de 100 millions de passagers transportés » a commenté Benjamin Smith, Directeur général d’Air France-KLM. « La solide performance des équipes commerciales et la poursuite de la maîtrise des coûts ont permis de compenser en partie l’impact des grèves du premier semestre chez Air France ainsi que les effets négatifs de la hausse de la facture carburant. Au cours des cinq derniers mois, nous avons significativement avancé dans le renforcement de la confiance et du dialogue avec nos salariés chez Air France et KLM, permettant une approche stratégique commune pour accélérer le développement rentable du Groupe. Je suis particulièrement heureux que nous ayons franchi hier la dernière étape de cette séquence, la majorité des pilotes d’Air France ayant approuvé l’accord catégoriel qui leur était proposé. Nous avons également renforcé notre offre en simplifiant notre portefeuille de marques et en effectuant de premiers ajustements dans notre réseau et notre flotte. Ces avancées sont une première étape dans la reconquête d’une position de leader en Europe et dans le monde.»
Teledrone
 
Messages: 40
Inscrit le: 15 Sep 2018 18:02

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Pilotix » 21 Fév 2019 14:58

Comme dit + haut ce referendum est du pipeau, autocongrat du nouveau bureau snpl pour se la jouer . quel salarié consulté voterait contre une augnentation de salaire ? :clowns:
La vraie suite c'est ça, le fight a venir entre les deux , et les KLM sont pas franchement souriant en ce moment vs AF
Image
Pilotix
 
Messages: 3007
Inscrit le: 08 Sep 2014 11:18

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Pilotix » 22 Fév 2019 08:12

Mardi 19 février s'est tenu un Conseil d'administration tendu chez Air France, à l'issue duquel la compagnie s'est donné des armes pour redécoller, mais elle n'a pas lésiné sur les dépenses. La dépense va d'abord essentiellement concerner les pilotes. Dans les cockpits, les fiches de salaires vont prendre l'air : + 4,3%, qui viennent s'ajouter aux 4% qui ont déjà été accordés à l'ensemble des salariés en octobre 2018.

A écouter !
https://www.rtl.fr/actu/conso/air-franc ... 7796995933
Et :
Selon Frédéric Gagey, le coût de l'accord salarial avec les pilotes, qui n'a pas été dévoilé, devrait être compensé par les gains offerts par davantage de flexibilité dans l'utilisation des personnels.
Pilotix
 
Messages: 3007
Inscrit le: 08 Sep 2014 11:18

...
 
PrécédentSuivant

Retour vers L'actualité aérienne

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : AFox, Majestic-12 [Bot] et 102 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->