Quel avenir pour Air France ?

Incidents , compagnies , constructeurs , voyages , vos questions ...

Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Jumbofan » 31 Juil 2011 02:28

Au vu de ce qui se passe actuellement au sein de notre compagnie nationale, quel avenir a-t'elle devant elle ? Nous avons droit à des grèves sur grèves. En ce moment, et depuis 7 semaines, ce sont les mécaniciens qui sont en grève. La maintenance est faite par des cadres AF qui sont, paraît-il, usuellement dans les bureaux. Les documents attestant que les travaux ont été faits selon les normes sont signés par un responsable qui, paraît-il, ne vérifie absolument pas le travail effectué.
Nous avons des pilotes qui maintenant ne savent plus piloter manuellement un avion et qui sont à la merci de l'informatique de bord qui dirige, gère l'avion !!!
Aucune réforme possible dans quelque domaine que ce soit grâce aux syndicats qui font plier AF à tous leurs désirs …
Les dirigeants sont nuls, ne savent pas vraiment de quoi ils parlent et tous semblent être des "intouchables". Il serait temps que cela cesse avant qu'il n'y ait une autre catastrophe, qui semble malheureusement de plus en plus probable.

Personnellement je suggérerai que cette Cie soit déclarée, d'une façon ou d'une autre, en faillite et en cessation d'activité. Tout comme cela s'était passé avec SWISSAIR en 2001/02.
On construit une nouvelle Cie Aérienne Nationale. Embauche des différents personnels avec des nouveaux contrats (beaucoup moins mirobolants que les actuels). A commencer par tous ceux qui sont en haut de l'échelle. Un top management composé uniquement de personnes responsables qui savent comment gérer une Cie aérienne.
En fait, il faut tout reprendre à zéro et partir avec presque que du neuf.
Swissair Swiss Air Transport Company Limited, Swissair, était le nom de la compagnie aérienne nationale suisse. Elle a été fondée en 1931 par Balz Zimmermann et par le pionnier de l’aviation Walter Mittelholzer. Elle a fait faillite le 2 octobre 2001 et cessé son activité en mars 2002. La compagnie arborait la croix suisse comme marque distinctive.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Swissair

Devenue ensuite:
Swiss (nom officiel Swiss International Air Lines Ltd.) (code IATA : LX ; code OACI : SWR) est la compagnie aérienne nationale de la Suisse formée suite à la fusion de Swissair, alors en faillite, et de Crossair. Les créditeurs majoritaires de Swissair, le Crédit Suisse et l'UBS, s'arrangent au travers du plan "Phoenix 26" pour vendre Swissair à Crossair. Cette dernière change de nom et devient SWISS. Elle démarre ses opérations le 31 mars 2002.
Elle est aujourd'hui la principale compagnie aérienne suisse et est basée à l'aéroport de Zurich-Kloten, bien que son siège administratif se situe à l'Aéroport de Bâle-Mulhouse. Elle est aux mains de la compagnie allemande Lufthansa qui en est actionnaire à 100%.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Swiss_Inte ... _Air_Lines

Qu'en pensez-vous? Cette idée vous semble-t-elle possible ?
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1068
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

...
 

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar crew007 » 31 Juil 2011 11:49

Quand on en arrive à une situation aussi catastrophique que celle dans laquelle se trouve Air France , qu'aucun signe tangible donnant l'espoir d'une réelle volonté de changer les choses n'existe , alors ... le "chaos" est la seule option possible .

Il faut comprendre que le point de non-retour a été franchi depuis longtemps et même si des milliers d'employés de la boite se retrouvent à la rue , tant pis ! Faut arrêter de déconner à bloc , ça fait des années que tout le monde prévient que la situation financière est très mauvaise , que la sécurité des vols est calamiteuse , que le climat social est insupportable , que l'image de la compagnie se dégrade de jour en jour (CCE , bus , etc ...) mais tout le monde s'en fout et quand y'aura plus de pognon , ben on ira taper l'état et ces cons de contribuables , vous et moi !

L'expérience montre qu'il n'y a rien de pire qu'une entreprise qui se dit "privée" mais qui en réalité continue de fonctionner comme une boite publique ! AF ne mérite plus rien à part un bon boycott pour abréger ses souffrances mais faut pas rêver , elle mourra en même temps que ce pays de fonctionnaires fainéants , on y est pas encore. En attendant , la concurrence se régale avec la clientèle française qui va filer son pognon à ceux qui le méritent .
Avatar du Gaulois
crew007
 
Messages: 1438
Inscrit le: 28 Mai 2011 17:10

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar crew007 » 14 Août 2011 21:01

Quel avenir pour AF ?????

Deux options en vérité :

- On respecte le statut d'entreprise privée et c'est une faillite obligatoire

(AOF) - Credit Suisse a renouvelé son opinion Sous-performance et son objectif de cours de 8,10 euros sur Air France-KLM. Malgré des réductions de coûts structurels depuis 2009, l'analyste s'inquiète du manque de flexibilité de la base de coûts et du renforcement de la concurrence dans la plupart des marchés. Selon lui, les concurrents nationaux d'Air France-KLM devraient rester raisonnablement profitables, tandis que la compagnie franco-néerlandaise pourrait enregistrer une performance qui se rapprocherait de la perte de 1,3 milliard d'euros qu'elle avait connue en 2009.


- L'état va une fois de plus à l'encontre de toute logique économique et sauve cette boite complètement pourrie de l'intérieur et vous et moi passons à la caisse pour prolonger inutilement la phase terminale de ce cancer volant ...
Avatar du Gaulois
crew007
 
Messages: 1438
Inscrit le: 28 Mai 2011 17:10

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar GIOU31 » 02 Sep 2011 19:31

Air France-KLM en chute libre, turbulences à l'horizon

02/09/2011 - lexpress.fr

Image

Trop endettée, trop peu rentable, trop lente à réagir : Air France-KLM cumule tous les handicaps prompts à faire dévisser un cours de Bourse alors que la nette détérioration des perspectives économiques mondiales met en péril l'objectif de résultat d'exploitation positif en 2011, estiment des analystes.

L'action de la deuxième compagnie aérienne européenne en terme de chiffre d'affaires a quasiment chuté deux fois plus que l'allemande Lufthansa depuis janvier et sous-performe également largement IAG, entité issue de la fusion de British Airways et de l'espagnole Iberia.

La capitalisation boursière du groupe franco-néerlandais est ainsi passée sous la barre des deux milliards d'euros, soit 30 fois moins que celle du groupe de luxe LVMH.

"Cela reflète simplement le fait qu'ils sous-performent leurs pairs sur tous les tableaux : leurs performances sont plus faibles en termes de recettes, de coûts et de profit", résume Penelope Butcher, analyste chez Morgan Stanley.

Et en cas de rechute de l'économie en récession, Air France-KLM pourrait s'avérer particulièrement vulnérable, estiment des analystes, qui rappellent que la crise de 2008-2009 s'était soldée pour la compagnie par une perte opérationnelle abyssale de 1,3 milliard d'euros pour l'exercice clos en mars 2010.

"C'était de loin la pire performance financière de toutes les compagnies aériennes européennes que l'on suit", rappelle Neil Glynn, analyste chez Credit Suisse. "Cela fait craindre au marché qu'ils soient moins bien équipés que leurs pairs pour faire face en 2012 à une nouvelle récession - ou même simplement une conjoncture économique plus faible."

L'action se traitait à 6,637 euros vendredi matin, après une descente aux enfers quasi ininterrompue depuis son dernier pic à près de 38 euros en mai 2007. Depuis le 24 janvier, date de la première cotation d'IAG, l'action Air France KLM a chuté de 51% contre 27% pour Lufthansa et 39% pour IAG.

Depuis le début de l'année, le titre accuse ainsi la plus mauvaise performance de l'indice SBF120.

COÛTS TROP ÉLEVÉS

Compagnie européenne la plus cyclique, Air France-KLM devrait être plus pénalisée que les autres par la conjoncture, son levier opérationnel étant plus fort et ses coûts fixes plus élevés que ses concurrents, souligne Loïc Sabatier, analyste chez Chevreux.

"Elle est plus calibrée pour la croissance que les autres, mais moins pour les phases de ralentissement", souligne-t-il. "En outre elle a été un peu moins agressive que ses concurrentes en terme de réductions de coûts ces dernières années".

Le talon d'Achille d'Air France-KLM, dont l'Etat français détient 15,7% du capital et les salariés 9,8%, sont ses coûts salariaux. Selon les données publiées par les groupes pour janvier-juin, les coûts de personnel, son premier poste des charges d'exploitation, ont représenté quelque 32% de son chiffre d'affaires, contre 24% pour Lufthansa et 25% pour IAG.

Une parade trouvée par la direction d'Air France, pour éviter une confrontation trop brutale avec les syndicats, a été de lancer un projet de bases en province, avec des vols moyen-courriers depuis Marseille à partir de début octobre, avant Nice, Toulouse et Bordeaux au printemps 2012, avec l'ambition de réduire les coûts opérationnels de 15%.

Mais le projet a été présenté à grand renfort de publicité il y a déjà un an, laissant tout loisir aux compagnies "low cost" EasyJet et Ryanair de se positionner.

"C'est la démonstration éclatante du temps qu'il leur faut pour mettre en oeuvre des changements structurels significatifs en matière de coûts, qui sont d'autant plus nécessaires que l'environnement est très incertain sur le plan des recettes", souligne Neil Glynn, de Credit Suisse.

Alors qu'un responsable du secteur aérien confiait récemment à Reuters constater "un certain flottement" au sein d'Air France-KLM, Penelope Butcher, de Morgan Stanley, dénonce le manque de réactivité chronique du groupe franco-néerlandais.

"C'est ça que je ne trouve pas clair en ce moment : pourquoi ne prennent-ils pas de mesures plus volontaristes concernant les problèmes existants plutôt que de s'inquiéter de leur stratégie sur plusieurs années ?" s'interroge-t-elle, faisant référence au projet pluriannuel "Embark" présenté fin 2010.

DETTE ABYSSALE

Compagnie européenne la plus affectée par le "printemps arabe", Air France-KLM n'a quasiment pas modifié son programme de vols vers des destinations comme l'Egypte et la Tunisie.

"Pourquoi prendre ce risque ? Pourquoi ne pas déplacer les avions vers d'autres destinations ?", s'interroge Penelope Butcher. "Faire voler des avions qui ne sont pas plein pèse lourdement sur le chiffre d'affaires et les coûts".

Air France-KLM, qui cale désormais ses exercices sur l'année calendaire, s'est borné à prévoir fin juillet un résultat opérationnel positif en 2011, alors qu'il comptait auparavant dépasser les 28 millions de l'année 2010 en données pro forma.

Avec l'aggravation de la crise financière début août, la perspective même d'un résultat opérationnel positif paraît hors de portée. Neil Glynn estime qu'Air France-KLM sera déficitaire non seulement cette année, mais aussi l'année prochaine.

"Pour le moment, je ne pense pas qu'ils aient nécessairement besoin de reporter des livraisons, céder des actifs ou lever des capitaux", estime-t-il. "Mais si on a un 'double dip', alors je pense que c'est une probabilité très forte".

Car Air France-KLM est entrée dans la nouvelle zone de turbulences financières avec un bilan très détérioré. Au 30 juin, sa dette nette atteignait le niveau abyssal de 6,04 milliards d'euros, contre 1,4 milliard pour Lufthansa et 480 millions pour IAG. Quant à son ratio d'endettement, il s'élève à 0,92 - contre 0,50 pour Lufthansa et 0,42 pour IAG.

Les choses ne risquent pas de s'arranger avec la méga-commande d'une centaine de long courriers à Boeing et Airbus attendue très prochainement.

"Si vous vous inquiétez des aspects dette et leverage, ce qui semble le cas de l'Europe, ils sont aussi les plus mauvais sur ce point-là", souligne Penelope Butcher (Morgan Stanley).

Contactés par Reuters via le service de presse, les dirigeants de la compagnie n'ont pas donné suite à nos demandes d'entretien.


Un article , des analyses et des chiffres accablants pour la compagnie Air France dont l'avenir est clairement "noir foncé" . Tout ce que nous disons et dénonçons depuis des années . Une fois de plus , comment est-il possible et concevable que la direction actuelle , responsable à 100% de la dégradation de la compagnie , puisse encore nuire davantage par son incompétence , ayant été reconduite pour un mandat de 4 ans ?
Ad usque fidelis !
Avatar du Gaulois
GIOU31
 
Messages: 866
Inscrit le: 27 Mai 2011 19:29

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar crew007 » 02 Sep 2011 20:49

Dernière rumeur en date , Tapie voudrait prendre une participation dans la compagnie ou plus :shock: :shock: Manquerait plus que ça et on aurait tout vu !
Avatar du Gaulois
crew007
 
Messages: 1438
Inscrit le: 28 Mai 2011 17:10

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar GIOU31 » 02 Sep 2011 23:08

Bonsoir RomeoXRay

Comme je le disais sur le topic du 447 , je ne vois actuellement aucune solution possible pour AF . Non pas que l'on ne sache pas ce qu'il faudrait faire mais tout simplement pour des raisons d'immobilisme , d'électoralisme , de clientélisme et surtout de fierté mal placée par rapport à la possible intervention batave que vous évoquez .

Le paradoxe réside dans le fait du faux statut "privé" de la compagnie . Si elle l'était vraiment (privée) , elle serait soit en faillite et donc arrêtée , soit à la vente . Rappelons quand même cet incroyable endettement de plus de 6 milliards d'euros et de très mauvais résultats à venir . De plus , les marchés ne s'y trompent pas plus que les actionnaires et la capitalisation de la compagnie est ridicule aujourd'hui avec une valorisation en chute libre de plus de 53% depuis le 1er janvier et rien n'est fini .

Malgré tout , il faudra bien agir à un moment ou un autre et malheureusement , une fois de plus , la pire des mesures sera adoptée pour calmer les mouvements sociaux , c'est à dire un apport de capitaux qui à plus ou moins long terme ne réglera rien sauf l'achat d'une paix sociale de quelques mois , un comble !

Une première décision efficace et symbolique aurait été de dégager la direction actuelle , grandement responsable de cette situation catastrophique . Ce n'est pas en augmentant le salaire du responsable n°1 qu'un message clair et positif est envoyé .
Ad usque fidelis !
Avatar du Gaulois
GIOU31
 
Messages: 866
Inscrit le: 27 Mai 2011 19:29

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Yeager » 04 Sep 2011 13:35

Voici ce que m'écrit un de mes amis, pilote de renom:

Le nain qui a la prétention de diriger AF ne doit son poste qu'à ses actions de falsification de l'enquête de l'accident de Habsheim.
Il était l'adjoint technique de Spinetta directeur de cabinet de Delebarre qui avait remplacé Louis Mermaz dans la semaine suivant l'accident.
Ces deux individus ont ensuite fait carrière à Air Inter puis AF sans rique d'être virés.
Airbus et l'Etat leur doivent trop et de plus en cas d'éviction ils pourraient baver!!

Le traitement lamentable du Rio Paris n'est que la suite logique des mauvais procédés initiés lors de l'enquête de Habsheim.

Il y aura bientôt un A380 d'AF au tapis (piloté par un ex Air Inter) et ce sera la fin de ce qui a été NOTRE compagnie.
La CRPN sera reprise par les caisses de cadres (REUNICA) et je ne sais pas qui cotisera dans l"avenir..
Ça craint!!
TAKE A CHANCE, FLY AIR SOUFFRANCE.
Avatar du Gaulois
Yeager
 
Messages: 407
Inscrit le: 02 Juin 2011 12:14

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AL40 » 05 Sep 2011 13:06

Air France pourrait se serrer la ceinture

Sur fond de turbulences, le patron de la compagnie reçoit les syndicats lundi.

Prendre des mesures "si nécessaire", c’est l’objectif de la réunion qui se tient lundi entre le directeur général d’Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon, et les représentants des syndicats. Le groupe se prépare à faire face à une éventuelle rechute de l’économie. La compagnie franco-néerlandaise envisage, pour contrer une nouvelle crise de l’aviation, des mesures d’économies.

Pour éviter la chute libre, le programme de vols du groupe pourrait ainsi être revu à la baisse et le plan de réduction des coûts "Challenge 12" - qui prévoit 470 millions d’économies - pourrait aussi être renforcé. C’est ce que croit savoir le quotidien Les Echos . Autres mesures envisagées, selon un porte-parole de la compagnie interrogé par l’AFP : la poursuite du plan de départs volontaires et un gel des embauches.

Ces décisions pourraient être prises alors que la compagnie aérienne a déjà annoncé fin juillet qu'elle ramènerait la croissance de ses capacités long-courrier de 5,1% à 2,7% à l'hiver 2011. De même, Air France-KLM a réduit son offre sur l’Egypte et la Tunisie de près de 40%, rappellent Les Echos.

La compagnie est, de toutes façons, déjà dans le rouge. Elle a annoncé en juillet une perte de 197 millions d'euros au premier trimestre de son exercice, contre un bénéfice net de 736 millions d'euros un an plus tôt, dans un environnement "incertain". Résultat : Air France-KLM a subi les foudres des marchés financiers.

Vendredi, l'action a évolué à 6,637 euros, après une descente aux enfers quasi ininterrompue depuis son dernier pic à près de 38 euros en mai 2007. Depuis le 24 janvier, l'action de la deuxième compagnie aérienne européenne en terme de chiffre d’affaires a chuté de 51% contre 27% pour Lufthansa et 39% pour IAG, l’entité issue de la fusion de British Airways et de l'espagnole Iberia.

Les analystes ne se disent pas confiants. Ils estiment que la compagnie pourrait s'avérer particulièrement vulnérable en cas de rechute de l’économie.


Europe1 /AFP / Reuters

Edit : Lire ici les commentaires, (en particulier ceux de ametyste et d'Eva Luation), sous la dépêche AFP :

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/0 ... nomies.php
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 556
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AL40 » 18 Sep 2011 19:05

De Juniac à la tête d'Air France ?

L'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy, Alexandre de Juniac, qui avait postulé au poste de patron d'Areva pour remplacer Anne Lauvergeon, pourrait finalement prendre la tête d'Air France, début 2012, selon des sources concordantes.

Soutenu par l'État, qui dispose de 15% du groupe, Alexandre de Juniac succèderait à Pierre-Henri de Gourgeon, qui le soutient et qui prendra l'an prochain la direction d'Air France-KLM pour quatre ans officiellement. Mais officieusement, il pourrait céder sa place à...Alexandre de Juniac au bout de deux ans.

En attendant, Alexandre de Juniac, favori pour le poste de patron d'Air France s'appuierait sur deux membres de la maison, Alain Bassil, directeur générale délégué opérations et Bruno Matheu, directeur général commercial, dont le nom circule aussi pour remplacer Pierre-Henri Gourgeon. Tout comme celui de Florence Parly, ancienne secrétaire d'Etat au budget et de Lionel Guérin, patron de Transavia, la filiale low-cost d'Air France, soutenu par Jean-Cyril Spinetta, président du Conseil d'administration d'Air-France et d'Air France-KLM.

Le nom du successeur de Pierre-Henri Gourgeon devrait être officialisé mercredi prochain à l'occasion du Conseil d'administration du groupe.

Le ministre des Transports, Thierry Mariani n'a pas souhaité faire de commentaire.
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 556
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Air France : préavis de grève pour Toussaint

Message non lupar AL40 » 10 Oct 2011 20:29

Deux syndicats d'hôtesses et de stewards d'Air France ont annoncé lundi avoir déposé un préavis de grève pendant les vacances de la Toussaint, du 29 octobre au 2 novembre, dénonçant une "précarisation" de leur profession.

Dans un communiqué, le SNPNC-FO et l'Unsa, deux des principaux syndicats représentant le personnel navigant commercial (PNC, environ 15.000 salariés), se disent "contraints de déposer un préavis de grève" pendant ces vacances qui ont lieu dans toutes les académies du 22 octobre au 3 novembre.

Ils dénoncent notamment "la diminution des compositions d'équipage", c'est-à-dire des réductions d'effectifs, ainsi qu'une "dégradation des fonctions sécurité, sûreté et secourisme du métier". "On ne peut pas assurer la sécurité de la même façon quand il y a deux ou trois PNC en moins", a indiqué à l'AFP Fatiha Aggoune-Schneider (SNPNC-FO), dénonçant également un "alourdissement des tâches commerciales".

Les syndicats indiquent que le mouvement concernera "tous les vols au départ des bases d'Orly, de Roissy et de Marseille".

Le dernier gros conflit dû à une grève des PNC remonte aux vacances de la Toussaint de 2007, où le trafic avait été fortement perturbé pendant cinq jours.

En juillet dernier, sept syndicats d'hôtesses et de stewards avaient déposé un préavis de quatre jours du 29 juillet au 1er août, laissant planer la menace de nombreuses annulations lors de ce week-end très chargé. Ils avaient finalement mis fin à leurs menaces quelques jours avant cette date, suite à des négociations avec la direction.
Celles-ci portaient notamment sur la suppression de PNC à bord de certains vols moyens courriers.


AFP
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 556
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar crew007 » 10 Oct 2011 20:42

Ben voyons , rien de nouveau chez AF . Vacances scolaires = grèves systématiques

C'est tellement .... euh ... je ne trouve plus de mots mais les clients n'ont qu'à prendre les choses en main en boycottant purement et simplement la compagnie . Il faut privilégier Easyjet , Ryanair , le TGV , le covoiturage et tout ce qui permettra de mettre à genoux cette escroquerie volante .

Montebourg veut mettre les banques au pas , qu'il n'oublie pas Air Chance :D
Avatar du Gaulois
crew007
 
Messages: 1438
Inscrit le: 28 Mai 2011 17:10

Air France : Pierre-Henri Gourgeon poussé vers la sortie

Message non lupar AL40 » 16 Oct 2011 21:33

Le patron exécutif d'Air France-KLM devrait être remercié lundi à l'occasion d'un conseil d'administration extraordinaire qui débutera à 16 heures.

Cette éviction marque la fin d'un combat à fleurets mouchetés qui se déroulait depuis trois mois maintenant au sommet du groupe. La décision aurait été annoncée au principal intéressé lors d'un comité des nominations qui s'est tenu vendredi après-midi. Une brutalité qui surprend au sein même de l'entreprise et ne s'explique peut-être par uniquement par les turbulences économiques traversées par le transporteur tricolore.

Dans le nouveau scénario, Jean-Cyril Spinetta, qui avait lâché les commandes opérationnelles du groupe en 2009 pour conserver les fonctions de président du conseil d'administration, reviendrait temporairement aux manettes. Les fonctions de directeur général du groupe n'auraient pas encore été attribuées. Le plus probable seraient qu'elles reviennent à Jean-Cyril Spinetta, mais d'autres scénarios étaient hier encore à l'étude. Une chose est sûre, la nomination d'Alexandre de Juniac, l'ex-directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy, qui se faisait attendre, n'est pas remise en cause par ces changements. Bien au contraire. Le nouveau venu qui devait obtenir la direction générale d'Air France, obtiendrait finalement le poste de PDG de la compagnie française

Face aux risques d'un nouveau trou d'air dans le transport aérien, à la moindre compétitivité d'Air France face à la concurrence, à l'endettement qui se creuse, le plan d'économies de 700 à 800 millions d'euros pas an proposé par le patron exécutif d'Air France et d'Air France-KLM depuis 2009, a visiblement laissé les actionnaires, partisans de mesures plus fortes, sur leur faim. « Il est vrai, note un observateur, qu'Air France ne va pas bien du tout à force de repousser les réformes structurelles en matière de coûts que Spinetta comme Gourgeon n'ont jamais menées, le langage social primant ».

Pierre-Henri Gourgeon a d'ailleurs plutôt bien géré la grève des mécaniciens cet été et s'apprêtait à essayer de déminer le conflit annoncé avec le personnel navigant commercial pour les vacances de la Toussaint. Il pouvait également s'enorgueillir de la mise en oeuvre réussie du plan Base de province, qui vise à redynamiser l'offre court-courrier de la compagnie. Reconduit en juillet, il devait cesser de combiner ses deux fonctions le 1er janvier pour ne plus diriger que le holding.

Manoeuvre
Si les résultats de la compagnie pour le prochain trimestre s'annoncent mauvais, si la grogne des Néerlandais, estimant insuffisants les efforts de restructuration d'Air France par rapport à KLM, a pesé, Pierre-Henri Gourgeon ferait surtout les frais d'une manoeuvre orchestrée par Jean Cyril Spinetta, afin de conserver le pouvoir. Ce dernier aurait ainsi fait alliance avec l'ancien patron de KLM, Leo Van Wijk, obtenant son soutien en contrepartie de l'abandon du plan d'intégration prévu de KLM, lequel aurait donné moins d'autonomie à la compagnie hollandaise. Selon nos informations, le sort de Pierre-Henri Gourgeon aurait été scellé en fin de semaine en accord avec l'Elysée.

Quoiqu'il en soit, on peut s'interroger sur les conséquences de cette valse de fauteuils pour un transporteur déjà mal en point, dont le cours de Bourse a atteint son cours le plus bas ces dernières semaines : l'entreprise ne vaut plus qu'un milliard et demi d'euro, soit le prix d'une demi-douzaine de long-courriers... « On débarque Pierre-Henri Gourgeon sans que sa succession soit réellement organisée, c'est contre-productif, on ne comprend pas un tel empressement », poursuit cet observateur.

En outre, Alexandre de Juniac, l'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy, qui a passé onze ans au sein du groupe de défense Thales, comme directeur général adjoint, était le choix de Pierre-Henri Gourgeon. Jean-Cyril Spinetta lui préférait Lionel Guérin, président d'Airlinair, de Transavia France et de la Fédération nationale de l'aviation marchande, grand connaisseur du transport aérien. Après un duo Spinetta-Gourgeon en froid depuis plusieurs mois déjà, le nouveau tandem Spinetta-de Juniac, devra visiblement lui aussi composer. A la direction d'Air France, ce dimanche, on se refusait à tout commentaire.


Les Echos.fr
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 556
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Holland43 » 16 Oct 2011 23:45

"En accord avec l'Élysée"
Juniac, ancien directeur de cabinet de Lagarde.

On le répète, où est l'indépendance de la compagnie par rapport au pouvoir... ?

Les Hollandais, les pauvres. Les pauvres...
Chaque vol est un grand voyage...
Avatar du Gaulois
Holland43
 
Messages: 653
Inscrit le: 28 Mai 2011 15:26

Air France : pourquoi Spinetta a évincé son dauphin

Message non lupar AL40 » 17 Oct 2011 12:06

Image
P-H Gourgeon a toujours été une créature de J-C Spinetta, explique un ancien cadre de la compagnie.


L'éviction de Pierre-Henri Gourgeon est liée avant tout à la dégradation de ses relations avec son ancien patron et mentor Jean-Cyril Spinetta, qui va reprendre les commandes de la compagnie.

Spinetta faiseur de roi à Air France puis coupeur de tête. L'éviction de Pierre-Henri Gourgeon va avoir lieu, lundi en conseil d'administration extraordinaire, alors que la compagnie est au plus mal: les comptes d'Air France sont structurellement dans le rouge depuis 2008 et plombent les résultats du groupe Air France - KLM. L'entreprise va devoir affronter une grève de ses personnels navigant commerciaux (PNC) à la Toussaint et est l'objet d'interrogations sur sa politique de sécurité depuis le drame du vol AF 447 Rio-Paris du 1er juin 2009.

«Pierre-Henri Gourgeon ne s'est jamais attaqué aux difficultés de la compagnie, analyse un ancien cadre. Il a sans cesse repoussé le tas de sable. Du coup, la situation est dramatique aujourd'hui». Dans une entreprise classique, ces éléments auraient suffi à faire chuter le patron. Ils auraient au moins empêché sa récente reconduction. Mais chez Air France, c'est la relation de deux hommes - Gourgeon et Spinetta, et l'omniprésence du patron de la période 1997-2008 qui ont allumé la mèche et précipité ce chamboulement.

Le sens du clan

C'est en effet Jean-Cyril Spinetta qui a assuré la nomination de son fidèle numéro 2 à la tête de la compagnie début 2009. A l'époque, Gourgeon est loin de faire l'unanimité en interne mais aussi à l'Elysée (l'Etat reste le principal actionnaire de la compagnie avec 15,7 %). De plus, de gros candidats se sont manifestés. On parle alors de Stéphane Richard ou d'Anne Lauvergeon à la tête de l'entreprise.

En juillet dernier, c'est de nouveau Jean-Cyril Spinetta qui assure la reconduction de Pierre-Henri Gourgeon pour quatre ans à la tête du groupe, malgré les mauvais résultats de son dauphin et malgré les pressions de Thierry Mariani, le ministre des Transports, qui a toujours été très critique envers Gourgeon. Selon nos informations, cette reconduction n'a tenu qu'à un fil: c'est l'agenda chargé de Nicolas Sarkozy en pleine crise de Fukushima au Japon et en plein printemps arabe qui offrent à Gourgeon un soutien mou de l'Etat.

La suite est une formalité car le conseil d'administration est verrouillé par les fidèles de Spinetta. La force du patron, qui a toujours eu le sens du clan, est en effet d'avoir placé ses proches. Rien ne peut se faire sans son accord.

«On ne trahit pas le patron corse»

Il aura fallu donc fallu que Pierre-Henri Gourgeon se brouille avec son mentor pour que sa chute soit immédiate. L'intéressé a en effet eu le tort de soutenir bec et ongles la candidature d'Alexandre de Juniac à la direction générale d'Air France, face à Spinetta qui lui préférait la candidature interne de Lionel Guérin, un ancien pilote. «Pierre-Henri Gourgeon a toujours été une créature de Jean-Cyril Spinetta, explique un ancien cadre de l'entreprise. Il a suffi qu'il se brouille avec le patron, qu'il perde son soutien, pour chuter en quelques jours». Les proches de Spinetta mettent son côté corse et clanique en avant pour expliquer cette décision: «On ne trahit pas le patron corse, explique l'un d'eux. tant qu'il fait confiance, son soutien est indéfectible mais le jour où ça tourne, c'est très violent».

Les débuts du nouveau tandem Spinetta-Juniac s'annoncent difficiles. Alexandre de Juniac, qui est un ancien cadre de Thalès (le fabricant des sondes Pitot), va devoir gérer le dossier AF 447 et décider de continuer ou non à défendre ses pilotes comme l'a fait son prédécesseur.

Jean-Cyril Spinetta va devoir s'entendre avec un lieutenant qu'il n'a pas choisi. Le grand patron qui jouit d'une aura sans faille dans l'entreprise avait eu le flair de partir début 2009 juste avant le début d'une crise économique sans précédent et quelques mois avant le drame de l'AF 447, à l'issue d'une décennie de réussite pour la compagnie française. Il va devoir faire la preuve qu'après avoir été le patron de la croissance, il peut être aussi le guide de la compagnie dans la crise.


Le Figaro.fr
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 556
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Le patron Corse

Message non lupar Alexandre G. » 17 Oct 2011 14:42



Le patron Corse ....... Ouais il a bon dos le côté corse du patron. Spinetta est surtout le beau père de Lionel Guérin, ancien pilote Air Inter et PdG d'Airlinair et de Transavia.....

Quelque part l'idée se fait qu'en effet Spinetta a lâché Gourgeon, et le remet entre les mains de la Justice mais je vois plus la main de l'Etat qui a décidé d'en finir avec cette clique socialiste qui justement a traîné Air France là où elle en est.

Relisez le Journal l'Expansion datant de 2002 et s'intitulant " Les Réseaux de Jean Cyril Spinetta" :

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/ ... 19416.html

Patron de gauche, il pilotera la privatisation d'Air France de la droite. Une acrobatie réussie grâce à de solides complicités.

Un véritable maniaque du téléphone, il sait y passer énormément de temps. C'est grâce à cela qu'il a un très gros carnet d'adresses ! » Celui qui décrit ainsi Jean-Cyril Spinetta, président du Groupe Air France, s'appelle Michel Delebarre
. De 1984 à 1986 et de 1988 à 1990, les deux hommes se sont côtoyés au quotidien. Le premier était directeur de cabinet du second, ministre du Travail, puis des Affaires sociales, puis des Transports, et enfin du Logement. L'actuel député et maire de Dunkerque sait donc de quoi il parle. Pour mener à bien la privatisation de la compagnie aérienne - l'Etat passera de 54,4 à moins de 20 % du capital « dès que les conditions du marché le permettront » -, le patron d'Air France peut en effet s'appuyer sur un solide réseau de relations, voire d'amitiés, nouées à la fois dans son parcours politique et dans son activité de chef d'entreprise.

Composant le premier cercle de Jean-Cyril Spinetta, les anciens des cabinets Delebarre - « une vraie bande de copains », selon l'ex-ministre - figurent en nombre au sein de la direction de la troisième compagnie aérienne mondiale : Pierre-Henri Gourgeon, le n° 2 d'Air France, Jacques Pichot, directeur général adjoint chargé de la politique sociale, François Brousse, directeur de la communication, Véronique Brachet, chef du service de presse... Philippe Calavia et Gilbert Rovetto, deux autres membres du comité exécutif, officiaient pour les mêmes gouvernements. L'état-major de la compagnie compte aussi Jean-Claude Cros, un ami personnel de longue date, ainsi que des experts de l'aéronautique. Mais, pour un syndicaliste d'Air France, « cela reste une direction très politique ». Un autre renchérit : « Ici, le Parti socialiste est partout ! »
Fail to prepare.... Prepare to fail !
Avatar du Gaulois
Alexandre G.
 
Messages: 1164
Inscrit le: 03 Juin 2011 01:09

...
 
Suivant

Retour vers L'actualité aérienne

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : Bing [Bot] et 67 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->