Voile : un grand moment du Vendée Globe

Voile : un grand moment du Vendée Globe

Message non lupar AL40 » 06 Déc 2020, 14:52

Pour échapper un peu au confinement et aux saccages hebdomadaires des rues de la capitale, un peu d'air pur direction le sud de l'Océan indien :

Vers 3h10 (heure française), à 360 milles dans le Nord de l’archipel de Crozet, Kevin Escoffier victime d'un naufrage en début de semaine dans le grand Sud a été débarqué du bateau de Jean Le Cam son sauveur et a été récupéré par la frégate Nivôse de la Marine nationale.
Malgré une houle très formée et 20 nœuds de vent, le transbordement a donc pu avoir lieu dans la nuit de samedi à dimanche. Équipé de sa combinaison de survie TPS, Kevin Escoffier a débarqué de Yes We Cam !, sous voilure très réduite et à petite vitesse. Après avoir plongé, il est rapidement monté sur le semi-rigide de la Marine nationale, puis il a été embarqué sur la frégate Nivôse quelques minutes plus tard, accueilli par le Commandant Frédéric Barbe. Il débarquera à La Réunion d'ici 3 ou 4 jours.



https://sport24.lefigaro.fr/voile/vende ... ctualites/


Vidéo :
« Bisous ma caille, merci ! »
Beaucoup d'émotion pour Kevin au moment de quitter JeanLecam
pour se jeter à l'eau et rejoindre le semi-rigide de la Marine Nationale
Merci pour tout Jean et bon vent !

https://twitter.com/KevinEscoffier/stat ... 6248528903
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 782
Inscrit le: 30 Mai 2011, 22:21

...
 

Re: Voile : un grand moment du Vendée Globe

Message non lupar volapied » 07 Déc 2020, 11:00

On peut s’interroger sur le pourquoi d’autant d’avaries pour des bateaux conçus pour être pilotés par un homme seul dans des endroits aussi hostiles, en particulier sur le nombre de chocs avec des OFNI ? C’est à se demander si les vilains objets flottants non identifiés ne sont pas plutôt de pauvres baleines ? :evil:
Et quand on voit la mésaventure de PRB, dont l’avant a littéralement explosé en enfournant dans une vague, on se dit aussi qu’il y’a manifestement un problème avec ces nouveaux IMOCA à foils qui vont trop vite par rapport à leur masse / solidité….!?!?


Ce qui est absolument impressionnant, c’est de voir la progression des deux maxi trimarans, qui tentent d’établir un nouveau record pour le Trophée Jules Verne, au même moment. Ils sont en train de doubler la flottille des Imoca, au sud du Cap de Bonne Espérance. Ils avancent deux fois plus vite mais ils sont pilotés par un équipage qui veille en permanence au grain. Outre le fait que ces maxi ne sont pas limités en latitude par la zone d’exclusion du Vendée Globe, leur vitesse de 36-40 noeuds leur permet de reste en avant des fronts, ou même de les rattraper, contrairement aux monocoques qui subissent les perturbations.

Par contre, si une de ces Formule 1 se pète sur un des innombrables glaçons qui flottent dans le coin, on ne voit pas bien qui va aller les chercher…. :?

https://www.vendeeglobe.org/fr/cartographie

http://www.courseaularge.com/jules-verne
volapied
 
Messages: 1317
Inscrit le: 28 Fév 2014, 19:55

Re: Voile : un grand moment du Vendée Globe

Message non lupar AL40 » 07 Déc 2020, 11:37

volapied a écrit:C’est à se demander si les vilains objets flottants non identifiés ne sont pas plutôt de pauvres baleines ? :evil:


Image

Parmi les Objet Flottants Non Identifiés les plus souvent rencontrés par les navigateurs, on trouve les mammifères marins (baleines en général), les billes de bois et les containers tombés des bateaux.
Ces derniers sont les plus dangereux de par leur masse et leur poids.

Selon un rapport du World Shipping Council dont les 26 membres affiliés représentent 90 pour cent de la capacité mondiale de navires de ligne et de transport, il est estimé pour les années 2011, 2012 et 2013,
une perte moyenne annuelle de 2683 containers, dont 733 tombés du bateau et 1950 perdus à la suite d'évènements dit "catastrophiques" (collision, naufrage,etc..).
Il est important de faire la distinction entre ces deux chiffres. En Juin 2013, le porte conteneurs japonais MOL Comfort avait fait naufrage dans l'océan Indien, perdant du même coup sa cargaison de 4293 containers.

http://actualites-nautiques.com/ofni-co ... que-annee/

Le World Shipping Council vient de mettre à jour l’enquête qu’il réalise tous les trois ans sur les pertes de conteneurs en mer. En douze ans, de 2008 à 2019, le WSC estime que, sur les quelque 226 millions de boîtes expédiés chaque année, 1382 conteneurs sont perdus chaque année en moyenne.

https://www.journalmarinemarchande.eu/f ... conteneurs.

16 635 conteneurs ont été perdus entre 1994 et mars 2019. Parmi les 16635 conteneurs perdus, on estime que seulement 432 conteneurs ont pu être récupérés, c’est-à-dire seulement 2,6%.
Les opérations de récupération ne sont pas sans coût : on estime qu’elles peuvent couter des dizaines voire centaines de milliers d’euros selon les moyens mobilisés.

https://surfrider.eu/img/home/rapportco ... ressed.pdf
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 782
Inscrit le: 30 Mai 2011, 22:21

Re: Voile : un grand moment du Vendée Globe

Message non lupar volapied » 07 Déc 2020, 12:27

Oui bien sûr, mais à part les citernes ou peut-être les containers frigorifiques, la plupart ne sont pas étanches et le temps que l’eau pénètre dans les paquetages de la cargaison ou que la houle fasse exploser les portes, on peut imaginer que ces grosses boîtes de ferraille coulent relativement vite…. Même pour les débris du MH370, constitués de matériaux très légers incorporant de l’isolant, on n’en a pas retrouvés tant que çà sur les plages !

Si on excepte Charal et Corum (?) qui ont cassé dans l’Atlantique nord, Linked Out + Hugo Boss + Initiative Coeur + Arkea Paprec ont tamponné au fin fond de l’Atlantique Sud où le transport maritime ne va jamais. Pour PRB, il semblerait qu’il ait enfourné dans un mur d’eau….

Il reste en effet les grumes de bois qui ont une durée de flottaison très longue, mais pourquoi seraient-elles si nombreuses entre les déserts de L’Antarctique et du Namib ? :?:
volapied
 
Messages: 1317
Inscrit le: 28 Fév 2014, 19:55

Re: Voile : un grand moment du Vendée Globe

Message non lupar Pilotix » 07 Déc 2020, 14:37

Depuis que j'ai vu a quoi ressemble ces airbus marins je n eprouve que peut de respect pour ces surveillants de pendules. Moitessier, Tabarly et cie doivent se marrer .
Voir aussi la fin de la video . Ils savent user d un sextant ou naviquer à l'estime ?!!
Pilotix
 
Messages: 3969
Inscrit le: 08 Sep 2014, 10:18

Re: Voile : un grand moment du Vendée Globe

Message non lupar Berurix » 07 Déc 2020, 17:56

Pilotix a écrit:Depuis que j'ai vu a quoi ressemble ces airbus marins je n eprouve que peut de respect pour ces surveillants de pendules. Moitessier, Tabarly et cie doivent se marrer .


Un peu méprisant et injuste envers ce vieux loup de mer de Jean Le Cam qui fut équipier de Tabarly...!
"On ne ment jamais autant qu'avant les élections, pendant la guerre et après la chasse." Georges Clemenceau
Avatar du Gaulois
Berurix
 
Messages: 2706
Inscrit le: 30 Mai 2011, 23:33

Re: Voile : un grand moment du Vendée Globe

Message non lupar Pilotix » 07 Déc 2020, 18:23

Oui jean ai un peu rajouté, mais inculte en voile je suis ! quand je vois les assistances sur la video de la rouqmoute je me dis que la limite n'est plus humaine mais technique avec ces F1 alors qu a l epoque des anciens c' était l'inverse. du coup j'ai relu les 3 tomes de Bardiaux et son tout allu.
Pilotix
 
Messages: 3969
Inscrit le: 08 Sep 2014, 10:18

Re: Voile : un grand moment du Vendée Globe

Message non lupar JulietPapaTango » 08 Déc 2020, 12:10

Salut à tous.

J'essaierais de décrire en partie les raisons de cet accroissement d'équipages pour certains plus ou moins néophytes de ces océans à risques.
L'engouement pour les précurseurs qui nous ont subjugués par leur culot, leur témérité face à la nature hostile des océans en particulier dans l'hémisphère sud.

Presque tous ont une préparation physique en principe irréprochable et aussi une préparation mentale autrement à quoi bon se risquer en pareille galère.
Le défi à se dépasser soi même rien ne pourra empêcher quiconque à se mesurer aux éléments dans cet exercice (tempêtes ou autres).

Il y a eu des degrés abordés dans les risques au début de ces traversées atlantiques et à présent sur d'autres océans.
La technologie a permis à des équipages à s'investir parce que le "travail " sur ces bateaux a été simplifié et moins de contraintes physiques.
De surcroit des avancées technologiques les téléphones via satellites, les équipes de routeurs et météos.

Les retransmissions vidéos plus ou moins "bidonnées" voir relater certains événements en occultant certains phases d'approches à l'ancienne...
A une époque les retransmissions se faisaient par la radio de bord en particulier en HF puisque certains marins étaient des radioamateurs chevronnées (pas tous).
Quoique Tabarly a négligé cet aspect dommage....

Les foils à présent bien sur les risques augmentent quand les équipages sont grisés par la performance ce ces bateaux là le risque est immense devant le danger permanent.
On ne peux être contre ces avancées technologiques au contraire cela permet d'entrevoir de nouveaux bateaux de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques plus contraignantes de vie à bord.

A vous lire chers intervenants
A+
Dans la vie, ce qui est grave,ce n'est pas tellement d'être con. C'est de le rester
JulietPapaTango
 
Messages: 200
Inscrit le: 07 Août 2011, 12:06

Re: Voile : un grand moment du Vendée Globe

Message non lupar Berurix » 29 Jan 2021, 01:02

Chapeau l'Ancien !

JEAN LE CAM, MAGNIFIQUE 4E DU VENDÉE GLOBE : «C’EST UNE DÉLIVRANCE»

Image

Le doyen de la course, héros-sauveteur de Kevin Escoffier, en a terminé avec son superbe tour du monde, jeudi soir aux Sables d'Olonne. Il termine au pied du podium grâce à sa compensation, soulagé.

Jusqu'au bout, les éléments lui en auront fait baver. Dans 20 noeuds de vent, 2,50 mètres de creux et sous une sacré drache, Jean Le Cam a franchi la ligne d’arrivée du Vendée Globe, ce jeudi aux Sables d’Olonne. A 20h19, le doyen de la course (61 ans) a en a terminé avec son impressionnant tour du monde après 81 jours, 5 heures, 59 minutes et 55 secondes passés en mer. Auteur d’une course remarquable sur son bateau d'occasion sans foils (millésime 2007, 100.000 milles au compteur), le Finistérien s’est aussi distingué en sauvant Kevin Escoffier lors du naufrage de ce dernier dans un Atlantique sud déchaîné le 30 novembre dernier.

Pour son acte de bravoure, Le Cam avait bénéficié de 16h15 de compensation de la part du jury. Temps qu’il fallait donc soustraire à son chrono une fois arrivé.
8e à passer la ligne, le «Roi» Jean termine finalement 4e de cette 9e édition, en 80 jours 13 heures 44 minutes et 55 secondes, derrière le vainqueur bonifié Yannick Bestaven, Charlie Dalin et Louis Burton mais devant Boris Herrmann, Thomas Ruyant, Damien Seguin et Giancarlo Pedote. «C’est fait. Je peux vous dire que je n’ai jamais coupé une ligne d’arrivée comme ça de ma vie. Je vous dirai demain pourquoi», a lâché, une fois sa course terminée, le Breton qui expliquera plus tard, sur La Chaîne L'Equipe, qu'il était proche de l'abandon près de la Nouvelle-Zélande et du cap Horn en raison de problèmes de structure. Il remontera pourtant bien le chenal, vers 2h00 du matin, marée oblige.

«Je ne sais pas comment je suis arrivé là ! C’est une délivrance, ça c’est sûr», a ajouté celui qui participait pour la 5e fois au Vendée Globe. Il avait terminé 2e en 2005, 5e en 2013 et 6e en 2017 alors que sa 2e tentative, en 2009, s’était soldée par un abandon (et un sauvetage) au cap Horn.

«Ce Vendée Globe a été un truc de malade. J’ai en pourtant fait, hein, mais avec tout ce qui s’est passé… Je fais 4e apparemment. Ça fait deux jours que je suis à fond la caisse pour ne pas rater la marée. Et Anne (sa femme) me dit ce matin : "tu peux arriver devant Boris (Herrmann)." Pour moi, ce n’était pas possible ! J’étais déjà content d’être devant Apicil (Damien Seguin) dans notre challenge de bateaux à dérives», a raconté un Jean Le Cam fatigué mais à la malice toujours bien vivace.

«Pour nous, les bateaux à foils ça n’existait pas, je ne sais pas ce qu’ils sont venus nous emmerder dans notre course à bateaux à dérives. Les bateaux à foils, c’est beaucoup de problèmes, de casse-tête, d’argent, d’énergie pour pas grand-chose. Le logiciel de calcul de ces bateaux n’est pas une science exacte. Je vous rappelle que Hugo Boss partait pour un Vendée Globe en 69 jours. Ben voilà quoi…», raille le skipper de Hubert, baptisé ainsi en hommage à son ami disparu Hubert Desjoyeaux. Sa plus grande fierté ? «J’ai montré aux jeunes qu’ils peuvent faire le Vendée Globe, même avec des moyens limités. Ça c’est l’essentiel. On était parti dans une escalade budgétaire. Les jeunes étaient complètement perdus. Ça c’est une vraie victoire».

https://sport24.lefigaro.fr/voile/vende ... ce-1031044

Image
"On ne ment jamais autant qu'avant les élections, pendant la guerre et après la chasse." Georges Clemenceau
Avatar du Gaulois
Berurix
 
Messages: 2706
Inscrit le: 30 Mai 2011, 23:33

...
 

Retour vers SPORTS DIVERS

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : Aucun Gaulois inscrit et 6 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->