MICHEL CRAUSTE, ANCIEN CAPITAINE DU XV DE FRANCE EST DÉCÉDÉ

MICHEL CRAUSTE, ANCIEN CAPITAINE DU XV DE FRANCE EST DÉCÉDÉ

Message non lupar AL40 » 03 Mai 2019 00:07

L'ancien troisième ligne du XV de France est mort à 84 ans. Il fut un joueur extraordinaire, un compétiteur hors pair, un homme d'une droiture exemplaire.

Image

Michel Crauste nous a quittés. Et le XV de France a perdu l'un des ses plus beaux gladiateurs. Un troisième ligne au courage implacable qui, entre mille rendez-vous, participa au fameux match France-Afrique du Sud 1961 à Colombes. On le revoit sortit du tunnel sous les vivats de la foule avec cette sorte d'énergie communicative qui nous fit pressentir que les Bleus ne pouvaient pas perdre ce jour-là face à la sélection la plus redoutée du monde. Effectivement, la partie se termina sur un triomphal 0-0 avec un Crauste à son sommet, c'est lui qui fut l'auteur du dernier rush dans l'axe qui déboucha sur l'ultime attaque, avortée de très peu. Michel Crauste détint un temps le record des sélections, 62 dont 22 comme capitaine. En huit ans de carrière (57-66), il ne manqua que deux matchs, lors de la tournée légendaire des Bleus en Afrique du Sud en Afrique du Sud, pas sur blessure, mais pour s'occuper de son épouse, souffrante. Sous le maillot national, son exploit le plus éclatant restera son triplé face à l'Angleterre en en 1962, événement rare à l'époque, surtout pour un avant.

On le surnommait « Le Mongol » à cause de sa moustache et des traits vaguement asiatiques de son visage. Il s'engageait à fond, surtout en défense, avec une prédilection pour les « cravates », plaquages hauts qui n'étaient pas interdits. Sa génération fut celle qui inaugura les retransmissions télévisées, sur le petit écran, on ne voyait que lui : un Chevalier Bayard moderne sans peur et sans reproche.

Michel Crauste était Landais, de Saint-Laurent-de-Gosse, et de Saint-Sever. Au lycée d'Aire sur l'Adour, il pratiqua plusieurs sports, dont l'athlétisme, le basket et bien sûr le rugby. Il avait un potentiel physique hors du commun : de la détente, de la force, de le puissance et surtout du courage. Il ne prit vraiment le rugby vraiment au sérieux à Paris, ou plutôt à Gurcy le Châtel, au sein du fameux centre de formation d'EDF qu'il intégra à seize ans. Il y rencontra son mentor, François Moncla, de deux ans son aîné. Michel Crauste fut dirigé par son pote vers le Racing Club de France qui lui offrit un titre de champion de France juniors en 1954, une finale (magnifique) perdue en 1957 face au Grand Lourdes et enfin un titre conquis en 1959 face à Mont-de-Marsan. Dans la foulée, sa formation « électrique » accomplie, il mit le cap vers la province, contacté par les Lourdais et Jean Prat en personne pour renforcer leur escouade. Michel Crauste inaugura sa carrière provinciale par un nouveau titre en 1960, tout en continuant à travailler à EDF et à monter en haut des poteaux coiffé d'un casque. On garde de lui cette image d'un vaillant soldat qui se tenait droit quand le Général De Gaulle le décora de la Légion d'Honneur. On revoit aussi cette photo de 1968 quand il serra la main d'André Herrero avant le coup d'envoi de la finale Lourdes-Toulon, tels deux preux chevaliers. Michel Crauste avait 34 ans et brandirait le dernier bouclier de l'Histoire du FC Lourdes, malgré le match nul (le FCL gagna au bénéfices des essais).

Il personnifiait l'engagement sans faille, mais il n'avait rien de méchant, ni de vicieux, il était un meneur naturel, « dopé » par son altruisme et sa gentillesse proverbiale, porté par sa foi chrétienne. Il participait à un pèlerinage particulier dans la cité mariale. Sa vie ne fut pas exempt de coups durs, une blessure sérieuse (apophyse) à 38 ans, lors d'un match avec EDF. Il fut presque jusqu'au bout un serviteur exemplaire du FC Lourdes, un club qui n'était plus en phase avec l'évolution du rugby moderne. Il en fut président et il eut en 2008 , le bonheur de vivre la victoire en play down de Fédérale 1, dernier trophée du club.

Une autre histoire résume sa droiture. Lors de la fameuse élection fédérale de 1991, il avait élu au Comité directeur (sur la liste Fabre-Ferrasse) , mais après le coup fourré de l'élection surprise de Bernard Lapasset à la place de Jean Fabre, il avait démissionné illico. Rien ne l'y obligeait, d'autant plus que ses amis plutôt ferrassiens l'avaient emporté au prix d'un accord discret. Il n'avait pas supporté ce sale coup en douce.


https://www.midi-olympique.fr/article/3 ... el-crauste

Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 671
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

...
 

Pub

T'as un avis gaulois ? Viens faire entendre ta voix avant de la donner ... INSCRIPTION
 

Retour vers RUGBY

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : Aucun Gaulois inscrit et 9 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->
cron