Pétitions diverses

Re: Pétitions diverses

Message non lupar Jumbofan » 17 Août 2017 16:40

MISE À JOUR SUR LA PÉTITION -

Grâce a la LURA (Liquidation Unique dans les régimes alignés) encore une baisse des retraites !

Image Gerard MOUGENOT - France

Image

17 AOÛT 2017 — Citation du COR (CONSEIL D’ORIENTATION DES RETRAITES ) : la LURA entrainera une baisse de pension autour de 0,9% pour les départs (liquidés en LURA ou non) entre 2020 et 2027….
Le principe de la LURA est de calculer et de verser une pension unique à un assuré poly ‐affilié des régimes alignés comme si cet assuré n’avait relevé que d’un seul régime, alors qu’auparavant il aurait pu percevoir jusqu’à trois pensions différentes.
Cette réforme s’applique à toute personne ayant cotisé dans au moins deux régimes de sécurité sociale durant sa carrière (régime général, MSI, MSA).Elle est applicable depuis le 1 er juillet …
Merci de mobiliser pour plus de signatures ….et pour plus de détails sur la LURA :

COR : http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-3813.pdf

Cgt : http://www.cgt.fr/La-Lura-une-reforme-q ... m=facebook


https://www.change.org/
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1073
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

...
 

Portables autorisés en prison ???

Message non lupar Jumbofan » 21 Août 2017 02:04

Faudrait peut-être que quelqu'un nous explique comment 33000 portables ont pu se trouver à l'intérieur des cellules des prisonniers. Il y a des super lacunes dans les fouilles des visiteurs !!!! De là maintenant à vouloir autoriser leur vente à l'intérieur des prisons, même bridés, il ne faut quand même pas exagérer. C'est vraiment du grand n'importe quoi.

Des portables en vente dans les prisons, mais de qui se moque-t'on?

Image Noël AGOSSA - France

20 AOÛT 2017 — Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, a plaidé ce jeudi pour que les détenus soient autorisés à utiliser des téléphones portables "bridés". Idem pour internet, avec des limites.
Adeline Hazan s'est déclarée favorable, ce jeudi sur France Inter, à l'utilisation de téléphones portables "bridés" par les détenus. "Il ne sert à rien de les empêcher d'avoir un téléphone", a-t-elle estimé, s'appuyant notamment sur le constat que 33.000 portables ont été saisis dans les prisons françaises l'année dernière.
NOUS SOMMES RESOLUMENT CONTRE CETTE DERIVE DE LA JUSTICE et RECLAMONS JUSTICE POUR LES FAMILLES DE VICTIMES DE CRIMES DE SANG. Merci de partager la pétition au maximum pour atteindre notre objectif et nous faire entendre.

Image

https://www.francebleu.fr/infos/societe/la-controleure-generale-des-prisons-favorable-l-autorisation-de-telephones-portables-brides-1502965207
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1073
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

Re: Pétitions diverses

Message non lupar Jumbofan » 23 Août 2017 01:35

Quels beaux panoramas que l'on nous promet avec 2500 éoliennes le long de nos côtes d'ici 13 ans !!! sans compter sur les dégâts qui seront causés aux goélands, mouettes et tous autres volatiles. Il y a surement mieux à faire en étudiant, par exemple, des installations au sol de panneaux solaires.

Image

Image

Voilà ce que verront bientôt les habitants et les estivants de Batz-sur-mer, une des plus belles côtes de l'Atlantique !

Peut-on laisser faire ça ?

Fécamp, Saint-Brieuc, Courseulles-sur-mer, Noirmoutier, Ile d'Yeu, Ile d'Oléron…

Ces noms font rêver. Ce sont parmi les plus beaux sites de notre littoral.

Ils seront bientôt saccagés par des parcs éoliens marins à dix kilomètres seulement des côtes qui ne cessent de se multiplier, au mépris des paysages, des citoyens et du bon sens le plus élémentaire.

Savez-vous que l'Etat prévoit 2500 éoliennes le long de nos côtes d'ici 13 ans ?

Imaginez le littoral français ceinturés de parcs de 60 à 80 aérogénérateurs avec des mâts de plus de 200 mètres de haut. C'est un massacre !

Nous sommes tous concernés.

Oui, pas seulement les habitants ou les estivants de ces côtes, ni même les amoureux du merveilleux patrimoine paysager français.

Oui, nous sommes tous concernés car nous allons tous payer pour ce projet fou :
Pour installer 3 parcs éoliens trop proches des côtes (10 km) vous et moi et tous les contribuables allons payer 1 milliard d’euros par an de subvention, pour un prix de l’électricité à 226 euros le mégawatt-heure.

Par comparaison les Allemands font des parcs éoliens non visibles des côtes, à plus de 50 km en mer, sans subvention publique. Le prix de l’électricité y ressort inférieur à 50 euros le mégawatt-heure.

Stupéfiant, non ?

Il faut arrêter ce massacre avant qu'il soit trop tard.

Signez et faites signer la pétition !

Merci.

Etienne

JE SIGNE LA PETITION
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1073
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

Re: Pétitions diverses

Message non lupar Jumbofan » 15 Sep 2017 18:35

Citizaction <contact@info.citizaction.fr>

Image

Les "20%" disent NON à la réforme de la taxe d'habitation !

Madame, Monsieur,

Le gouvernement a déclaré vouloir faire supporter la Taxe d'habitation par seulement 20% des contribuables.

Non seulement ce projet est profondément injuste, mais il met en danger nos libertés et celles de nos communes !

Si, comme moi, vous refusez ce projet de mesure inique, signez ma pétition !

D'après les chiffres communiqués par le gouvernement, feront partie des heureux payeurs les habitants qui touchent plus de 2200€ de revenu mensuel – qui a dit qu'on allait « faire payer les ‘'riches'' » ?

Nos revenus sont déjà amputés par une kyrielle de prélèvements obligatoires : impôt sur le revenu, CSG, prélèvements « sociaux ». Et maintenant, il faudrait encore subir une hausse astronomique de la taxe d'habitation ?

Car le gouvernement a beau promettre que cette taxe n'augmentera pas, c'est mathématiquement impossible : les communes sont incapables de se sevrer du jour au lendemain d'autant d'argent. Croyez-vous qu'elles abandonneront leurs dépenses ? Qu'on fermera des crèches ? Qu'on arrêtera de ramasser les poubelles ?

Evidemment, non. Et donc ces fonds, il faudra bien aller les chercher quelque part… Et là, seulement deux solutions :

> soit la taxe augmente et on presse comme des citrons les contribuables qui sont encore censés payer dans la commune (et là, dites-vous bien que les 20 % sont une moyenne nationale, et qu'il y a des communes où seulement une ou deux familles dépassent le montant seuil… devront-ils assumer à eux seuls la charge de la commune toute entière ? C'est aberrant !)

Imaginez un peu une commune où 100% des habitants ont le droit de décider et de voter de nouvelles dépenses, et où seulement 10% d'entre eux les payent… C'est carte blanche pour la gabegie !

> soit l'Etat prend le relais et distribue de l'argent aux communes (qu'il aura pris soin de venir nous taxer par ailleurs, par une nouvelle hausse de la CSG peut-être ?). Et là, c'est la fin de la liberté locale. Finies les projets décidés de concert entre habitants d'une petite ville : des petites initiatives associatives, des petites fêtes de village, des travaux d'embellissement, des projets pour attirer des touristes, ou des jeunes familles, ou des entreprises…

Si votre budget communal ne plaît pas au niveau étatique, on ne vous débloque pas les fonds. Point.
Et autant dire que si votre région n'est pas considérée comme « prioritaire », vous vous contenterez des miettes qui n'ont pas déjà été distribuées.

C'est mettre littéralement les communes sous tutelle, et priver l'échelon local de la moindre once de liberté !

Dans un cas comme dans l'autre, c'est la catastrophe.

Rejoignez-moi pour couper court à cette mesure totalement irresponsable, qui n'a aucune justification, qui est profondément injuste, et qui met nos libertés en danger !

Merci

Martine

JE SIGNE LA PÉTITION

© 2017 Citizaction
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1073
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

Handicap : la fin des normes d'accessibilité?

Message non lupar Jumbofan » 19 Sep 2017 04:35

C'est du tout et n'importe quoi. Il n'en a rien à faire des gens pauvres, des personnes handicapées, des retraités. On vient de sortir de 5 ans avec un FH qui nous a foutu dans la cagade pour rester poli et nous voilà maintenant avec le suivant qui me semble encore pire. Mais où allons-nous ?? Que cherche-t-il ? à monter les français les uns contre les autres ? Ou bien voudrait-il un Mai68 bis ou un 1789 bis ?? Il commence quand même sérieusement à nous les briser, non?

Image

Adressée à Emmanuel Macron

Non à la diminution des normes #Accessibilité #Handicap dans les #logements neufs !

Image Pétition de Patrick et Michelle TOUCHOT - Nice, France

Lors de son discours à Toulouse le 11 septembre dernier, Emmanuel Macron a dit que pour "libérer" la construction, qu'il envisage "une réduction des exigences des normes environnementales et sociales". "I l y aura énormément de (gens) qui s'élèveront contre ça, tous ceux qui ont dit (que) ces normes (sont) sur tout le territoire pour tout le monde": "On me dira que je ne respecte pas l'environnement, ou parfois le handicap, parfois ceci ou cela. Mais il faut du pragmatisme", car " c'est essentiel pour résoudre le problème du logement".

Nous Handicapés sommes des citoyens à part entière et devons pouvoir, comme tout le monde, accéder partout en France.
Il ne faut surtout pas diminuer les normes accessibilité handicapés dans les logements neufs, bien au contraire !

Nous avons le droit de nous loger ou bon nous semble, rendre visite à un proche chez lui sans discrimination d'accessibilité !

La population Française ne va pas en rajeunissant, beaucoup de personnes valides vont devenir "Personnes à Mobilité Réduite" soit par l'âge, la maladie ou l'accident.

Nous avons besoin de votre aide les Amis pour faire changer la volonté destructrice de notre Président sur ce sujet ! Merci d'avance de signer cette pétition !

Patrick et Michelle TOUCHOT couple Handi en fauteuil roulant électrique gestionnaire du réseau "Accessible POUR TOUS".

Info du JDD le 11 -09-2017. Pour en savoir plus Info reprise dans la revue Faire Face (lien ci-dessous) : http://www.faire-face.fr/2017/09/11/moi ... tructions/

Change.org · 548 Market St #29993, San Francisco, CA 94104-5401, ÉUA
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1073
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

La fin des normes d'accessibilité ?

Message non lupar Jumbofan » 21 Sep 2017 01:10

MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

Image

GROSSE REGRESSION! - Malheureusement avions vu juste!

20 SEPT. 2017 — Cette pétition est encore plus d'actualité depuis le comité interministériel Handicap de ce matin mercredi 20 septembre 2017 .
Le 1er ministre a dit "La réglementation sur l’accessibilité sera modifiée afin que 100% des logements neufs soient adaptables et évolutifs."
Ce qui veut dire plus aucun logement accessible handi comme le prévoit la loi 2005 ! Il faudra automatiquement faire de gros travaux !
Plus possible de rendre visite à Famille, Amis ! Lorsqu'une personne valide deviendra Handi par vieillesse, maladie, accident elle devra déménager !
Merci de continuer à SIGNER et PARTAGER !.


©2017 , Change.org, Inc.certifiée "B Corporation"
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1073
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

FORMEZ la police contre le harcèlement de rue !

Message non lupar Jumbofan » 19 Oct 2017 04:30

Image Fatima EZZAHRA BENOMAR France

Image

PAR FATIMA BENOMAR - CO-PORTE-PAROLE DE L'ASSOCIATION "LES EFFRONTÉ-E-S"

Pour signer la pétition

Je suis INDIGNÉE !

Ce mardi 13 juin vers 14h50, je sortais de la Mairie de Paris quand, en traversant le parvis de l'Hôtel de ville, un jeune homme s'est approché de moi.
- Bonjour. Tu fais quoi dans la vie ?
- Pardon, on se connaît ?
- Non, justement, c'est pour mieux te connaître.
- Désolée, je ne suis pas intéressée.

Il s'est arrêté, puis, quand je l'ai devancé d'une dizaine de pas, s'est écrié : "Et cette fois-ci, tu baisses ton t-shirt et tu t'habilles autrement !"

J'ai répondu encore plus fort : "Je m'habille comme je veux !"

Il m'a alors hurlé plusieurs insultes dessus, dont "Je baise ta mère !" sous le nez de trois policiers, postés à l'entrée de la Mairie.

Je les ai interpellé afin qu'ils fassent quelque chose. Ils ont éclaté de rire.

Quand le jeune homme a hurlé l'insulte à propos de ma mère, j'ai marché à grands pas vers lui en lui demandant de répéter ce qu'il venait de dire. C'est alors que l'un des policiers m'a intercepté en me disant d'un air sévère : "C'est bon, vous rentrez chez vous maintenant !"

Abasourdie, je lui ai dit qu'ils venaient de prendre en flagrant délit un cas de harcèlement de rue, doublé d'une avalanche d'insultes. Deux d'entre eux ont éclaté de rire en disant quelque chose comme "Ouais, c'est ça, du harcèlement de rue" tandis que face à mon indignation, l'autre m'a hurlé dessus "Eh oh, tu te calmes !"

Je les ai informé que j'étais co-porte-parole d'une association féministe et que je sortais justement d'une réunion avec le Cabinet de Mme Hélène Bidard, Adjointe à la Maire de Paris chargée des questions relatives à l'égalité femmes-hommes. Un peu décontenancés, deux d'entre eux se sont lentement dirigé vers leur camionnette, dont j'ai photographié le numéro d'immatriculation.

À aucun moment ils ne se sont adressé ni n'ont interpellé le harceleur, qui n'a pourtant jamais quitté la place, sinon à la toute fin.

DE QUELLE FORMATION DES PROFESSIONNEL-LES NOUS PARLE-T-ON CONTRE LE HARCÈLEMENT DE RUE?


Si j'avais été une passante lambda, j'aurai subi à la fois le harcèlement de rue, les injures du harceleur et une seconde humiliation de la part de la police qui est censée me protéger, et serais rentrée chez moi, tête baissée.

Par ailleurs, le conseil de la Mairie de Paris, Mairie face à laquelle s'est déroulée toute la scène, sans doute filmée vu le prestige du lieu, s'est récemment repositionnée contre le harcèlement de rue, ainsi que la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Mme Marlène Schiappa.

Je leur demande qu'on puisse retrouver ces policiers grâce aux photos et aux informations dont je dispose (lieu, horaire, numéro d'immatriculation de leur véhicule), les sanctionner ou au moins les sensibiliser afin qu'ils se comportent différemment et surtout qu'ils soient informés, car ils avaient vraiment l'air de ne trouver rien de répréhensible dans toute cette scène... si ce n'est ma réaction !

POUR SIGNER LA PETITION

Cette pétition sera remise à:
prefecture de police
Maire de Paris: Anne Hidalgo
Marlène Schiappa
1 décideur de plus: Hélène Bidard


Change.org · 548 Market St #29993, San Francisco, CA 94104-5401, ÉUA
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1073
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

ALERTE : Quelques jours pour sauver l'abeille locale !

Message non lupar Jumbofan » 26 Nov 2017 03:46

POLLINIS <info@pollinis.org>

Après des années de bataille, POLLINIS et la Fédération européenne des Conservatoires d’Abeilles Noires (FEdCAN) ont réussi à faire déposer des amendements au Parlement européen pour obtenir un bouclier juridique qui protège notre abeille locale, l’abeille noire (Apis mellifera mellifera), ainsi que toutes les races d'abeilles locales européennes comme elle menacées d’extinction, et réparer l’énorme injustice dont sont victimes ces précieuses petites pollinisatrices depuis plus d’un demi-siècle.

Faites pression sur les eurodéputés pour qu’ils votent ces amendements et mettent un frein à la disparition de l’abeille locale !


Image

Madame, Monsieur,

Nous avons une opportunité inespérée d'obtenir un bouclier juridique pour protéger l'abeille noire (Apis mellifera mellifera) et les autres races d'abeilles locales européennes menacées d'extinction.

Pour cela, POLLINIS, la FEdCAN ( la Fédéreation européenne des Conservatoires de l'abeille noire, dont POLLINIS est membre fondateur) et les associations de sauvegarde des abeilles locales européennes ont besoin de votre aide de toute urgence : s'il vous plaît, signez dès maintenant notre pétition en cliquant sur ce lien. Il ne reste que quelques jours pour faire pression sur les députés européens !

La situation devient critique pour nos abeilles.

Installées pourtant depuis plus d'un million d'années sur tout le continent européen, les abeilles locales butinent sans relâche, saison après saison, siècle après siècle, les fleurs de nos campagnes, assurant la reproduction d'une grande partie des fruits et légumes consommés par des générations d'habitants.

C'est en grande partie grâce à leur travail acharné que les populations locales ont pu se nourrir sainement pendant des siècles.

Aujourd'hui, ces pollinisateurs pourtant indispensables subissent de plein fouet le contrecoup des grands bouleversements contemporains...

- Empoisonnement aux pesticides, notamment néonicotinoïdes et nouveaux "tueurs-d'abeilles" ;

- Perte de l'habitat naturel avec l'urbanisation galopante et l'artificialisation des sols, la disparition des haies, des friches et des arbustes qui constituaient autant de refuges et de zones de reproduction pour les insectes ;

- Perte de la diversité alimentaire avec la monoculture, la baisse du nombre et de la variété des fleurs dont les abeilles peuvent butiner le pollen et le nectar ;

- Introduction de parasites et de virus étrangers (varroa, Nosema ceranae...), et de nouvelles espèces prédatrices (frelon asiatique en particulier) contre lesquelles les abeilles sont sans défense ;

- Importation massive d'abeilles étrangères réputées plus efficaces ou plus dociles, et hybridations effrénées des différentes races d'abeilles entre elles, dégénérescence des colonies d'abeilles dès la deuxième génération, et perte catastrophique du précieux capital génétique des sous-espèces locales...

Nos abeilles locales - celles qui sont adaptées à nos climats et nos territoires - n'ont jamais été aussi menacées par le transfert de gènes d'autres espèces !

Ces dernières années, les pesticides, les parasites et les nouvelles maladies ont fait quasiment disparaître les populations d'abeilles sauvages et décimé les ruchers à travers toute l'Europe. Depuis, une grande partie des apiculteurs est obligée de reconstituer chaque année leurs ruchers avec des abeilles étrangères, peu ou pas adaptées aux fleurs et au climat local.


Ce phénomène a déjà des conséquences catastrophiques pour les apiculteurs bien sûr, mais également pour l'agriculture et la biodiversité - et cela nous concerne tous, nous, citoyens de l'Union européenne.

Ce mélange des différentes races ("sous-espèces" disent les spécialistes) génère beaucoup d'individus fragiles, mal ou pas du tout adaptés, qui ont besoin de plus en plus de soins de la part des apiculteurs pour pouvoir simplement survivre :

- Nourrissement au sucre pour les maintenir en vie lors des longues périodes de pluies, et pendant l'hiver ;

- Remplacement artificiel des reines de moins en moins fécondes, voire stériles ;

- Transhumance (déplacement) des colonies, incapables de trouver sur place les moyens de leur subsistance.

Ce transfert génomique a un nom : "l'introgression". Et il pourrait bien avoir raison d'un patrimoine génétique vieux de plus d'un million d'années. Après avoir survécu à deux glaciations, l'abeille noire (Apis mellifera mellifera) et les autres races d'abeilles locales sont peut-être pourtant les seules à pouvoir résister aux changements climatiques qui sont en train de se produire.

Pourtant, elles sont aujourd’hui menacées par les nouvelles techniques qui s'opèrent depuis quelques décennies dans l'apiculture.

En France, les importations d'abeilles sont passées de 5 à 48% entre 2007 et 2012. En Île-de-France, le taux a même grimpé à 80% en 2014. Et le déclin continue depuis. Pas seulement en France bien sûr : on observe le même phénomène dans la plupart des pays européens.

C'est un cercle vicieux. Des colonies d'abeilles qui pouvaient survivre presque sans l'intervention de l'homme sont de plus en plus souvent remplacées par des abeilles importées d'élevage plus fragiles et dépendantes de l'homme pour leur entretien et leur alimentation.

L'utilisation (l'exploitation) de l'abeille par l'homme se fait aujourd'hui dans des conditions qui deviennent défavorables à l'espèce toute entière.

On a aujourd'hui en moyenne entre 30 et 40% de mortalité dans les ruchers, mais certains considèrent désormais que c'est normal ! Et le pire reste à venir si l'on n'agit pas immédiatement : même pour les apiculteurs qui voudraient travailler avec des abeilles locales au patrimoine génétique préservé, cela devient de plus en plus difficile de se procurer des essaims.

Aujourd'hui, la masse critique de disparition est atteinte : dans certaines régions, et même certains pays comme l'Allemagne, l'abeille noire a déjà disparu... Sans une action déterminée de tous les pays européens, l'abeille noire et les autres races locales européennes ne subsisteront bientôt plus qu'à l'échelle d'échantillons dans les conservatoires... ou de banques de gènes congelés dans les frigos des laboratoires des firmes biotechnologiques qui veulent s'en servir pour créer des "super-abeilles" brevetées qu'ils revendraient à prix d'or.

Ce serait un désastre, et pas seulement pour les apiculteurs.

Avec la disparition des abeilles locales, ce sont des millénaires d'adaptation génétique au climat local, aux plantes, aux fleurs des vergers et des potagers, aux parasites et aux prédateurs qui s'évaporent - des maillons-clé de notre apiculture qu'on ne pourra jamais remplacer...

Mais surtout, des abeilles très précieuses car extraordinairement résistantes aux changements climatiques et aux stress...

...et sur lesquelles nous devons absolument pouvoir compter pour assurer la survie des populations d’abeilles sur le territoire européen, et bâtir une apiculture durable qui bénéficiera aux générations futures.

La reconstitution de populations d'abeilles locales robustes et adaptées à la flore et aux conditions climatiques et géographiques locales est encore possible, à partir de certains territoires où elles subsistent encore !

C'est une question de volonté politique. S'il vous plaît, faites pression sur les députés européens en cliquant ici !

Un peu partout en Europe, des apiculteurs conscients de la perte terrible que représenterait la disparition de l'abeille noire et des différentes races locales d'abeilles, ont décidé d'agir pour protéger ce qu'il reste encore de colonies en France, en Belgique, en Suisse, en Italie, au Royaume-Uni, au Danemark et ailleurs.

Ils ont monté des conservatoires, véritables zones-refuges pour le bien-être des abeilles et des apiculteurs qui s'en occupent, où les abeilles peuvent évoluer et se reproduire sans risque de subir un croisement génétique avec d'autres espèces importées. Les pratiques des apiculteurs au sein des conservatoires s'accordent au mieux à la biologie des abeilles : croissance autonome jusqu'à la reproduction, puis sélection naturelle exercée par l'environnement sauvage des conservatoires, ce qui permet de restaurer leur vitalité.

Ces apiculteurs mènent chaque jour un travail acharné pour tenter de préserver à tout prix nos précieuses abeilles locales.

Mais aujourd'hui, ils ont besoin de votre aide - et de celle du plus grand nombre de citoyens que nous arriverons à mobiliser à travers l'Europe : les sanctuaires de l'abeille locale sont en danger, et seule une réaction massive et imminente des citoyens pourra aider à les protéger.

Certains pays ont déjà pris des mesures pour protéger de petites zones de leur territoire pour protéger leurs précieuses abeilles locales. Mais en France, comme dans la plupart des pays européens... rien ou presque : il y a bien des arrêtés (communaux, ministériels, fédéraux...) qui listent les insectes protégés - on y trouve des papillons comme l'azuré du serpolet, l'apollon ou le sphinx de l'épilobe ; des coléoptères comme le grand capricorne ou la rosalie des Alpes ; une grande variété, hélas, de libellules (leucorrhines, cordulies...).

Mais pas d'abeilles.

Pour les autorités, l'abeille noire et les abeilles locales, du fait de leur utilisation en apiculture, ne sont pas sauvages. Elles ne peuvent donc pas être protégées comme le sont les papillons par exemple. Du fait de sa rencontre avec l'Homme, l'abeille qu'on trouvait pourtant à l'état naturel il y a quelques décennies encore, n'entre désormais plus dans la catégorie des espèces sauvages.

Pour autant, elle n'entre pas non plus dans le cadre des espèces d'élevage protégées - essentiellement du bétail, comme le cabri créole, le porc de Bayeux ou la vache mirandaise par exemple.

Les abeilles locales subissent un vide administratif : elles n'entrent pas dans les cases des espèces considérées comme menacées. Et il en va de même pour les conservatoires montés par les apiculteurs qui tentent coûte que coûte de les sauvegarder : aucun outil juridique ne leur permet de protéger leurs ruches contre l'intrusion d'abeilles importées et empêcher l'hybridation de leur cheptel.

C'est un combat de tous les jours pour ces apiculteurs courageux et déterminés à sauvegarder ce qu'il reste encore d'abeilles locales sur le territoire
: à Belle-Ile-en-mer, en Lozère, ou même dans les conservatoires d'Ile-de-France ou d'Auvergne, soutenus par le CNRS, il ne se passe pas une année sans qu'une affaire d'intrusion de cheptel importé n’éclate : il suffit de l'installation dans ces zones d'une seule ruche peuplée d'abeilles différentes pendant la période de fécondation pour anéantir tout ce travail de protection et de préservation.

Et à chaque fois, il faut se battre, essayer de convaincre les intrus de la nécessité de protéger l'écotype local... Ce serait tellement plus simple si les conservatoires bénéficiaient tout simplement d'une protection juridique solide, comme c'est le cas pour les parcs nationaux, les espaces naturels sensibles, les réserves biologiques ou les aires marines protégées !

Mais les apiculteurs qui demandent cette protection sont encore trop peu nombreux, et leur voix n'est pas assez forte pour se faire entendre des responsables politiques.

C'est pourquoi POLLINIS, qui est l'un des membres fondateurs de la Fédération européenne des Conservatoires de l'abeille noire (FEdCAN), fait appel à vous de toute urgence :

Ajoutez votre voix à celle des citoyens et des apiculteurs protecteurs de l'abeille noire et des races européennes d'abeille locale, pour demander la protection juridique des conservatoires d'abeilles locales et pour faire reconnaître l'importance majeure des différentes races locales pour la biodiversité et l'avenir de l'apiculture en Europe !

Nous voulons lancer un grand appel des citoyens et des apiculteurs, dans tous les pays d'Europe, pour obtenir l'adoption d'un statut d'urgence garantissant la protection par zones des différentes espèces locales d'abeilles.

Il suffit parfois de seulement quelques essaims d'abeilles importées pour détruire tout un cheptel d'abeilles locales. Sans véritable protection officielle, les zones de protection sont à la merci de n'importe quel voisin qui déciderait de se lancer dans l'apiculture avec des essaims importés. Les conséquences sont potentiellement dramatiques pour l'abeille locale :

La disparition de ces petits insectes indispensables réduirait à néant tous les espoirs de repeupler les territoires avec les différents écotypes locaux d'abeilles naturellement adaptées et résistantes, et d'enrayer en Europe le déclin alarmant des abeilles et des pollinisateurs.

Vous le savez, ici chez POLLINIS nous nous battons depuis des années contre les principaux facteurs de mortalité des abeilles - pesticides tueurs d'abeilles en tête. Mais tout ce travail ne servirait à rien si nous laissons en parallèle le patrimoine génétique des abeilles se dégrader à force d'hybridations incontrôlées avec des abeilles moins adaptées.

Nous sommes aujourd'hui sur le point d'obtenir l'adoption d'amendements au niveau européen (1) qui permettraient la reconnaissance officielle par l'Union européenne du drame que constitue la disparition de nos abeilles locales... la protection juridique des zones conservatoires... et la création d'un cadre juridique pour protéger durablement les races d'abeilles locales et empêcher leur disparition !

Mais nous avons besoin pour y arriver d'une [ur=http://infos.pollinis.org/index.php?subid=176059&option=com_acymailing&ctrl=url&urlid=600&mailid=590]vaste mobilisation des citoyens européens pour faire pression[/url] sur les députés européens et les obliger à voter les amendements que nous avons fait déposer, lors de leur prochaine réunion en Commission Agriculture qui aura lieu d'ici quelques semaines.

Ne croyez pas que le combat soit gagné d'avance : en face de nous, des labos se démènent pour décoder les précieux gènes de l'abeille locale et fabriquer des "super-abeilles", résistantes aux pesticides par exemple, pour breveter ce bien inestimable (qui devrait au contraire être protégé au titre de patrimoine commun de l'Humanité - et de la Nature !) et en faire une source de profit gigantesque en prenant toute l’humanité en otage.

Ces géants de la biotechnologie espèrent, en « créant » de toutes pièces des abeilles « compatibles » aux pesticides (comme ils le font déjà avec certaines cultures comme le maïs OGM), maintenir l’Europe dans la dépendance chimique où elle se trouve actuellement, et empêcher que le déclin des abeilles et le désarroi des apiculteurs puissent encore servir à condamner les pesticides et à justifier le passage urgent à une agriculture qui ne décime plus les pollinisateurs.

La préservation des différentes abeilles locales européennes est l'un des meilleurs moyens dont nous disposons aujourd'hui pour garantir aux générations futures un pollinisateur naturellement résistant et adapté à son environnement local, et pour espérer pouvoir basculer rapidement l’Europe dans un système agricole respectueux des pollinisateurs et des écosystèmes, qui apprend à les utiliser plutôt que vouloir à tout prix les transformer.

Alors s'il vous plaît, signez au plus vite votre pétition pour obtenir le vote des amendements permettant d'obtenir la protection juridique des conservatoires et la reconnaissance des abeilles locales en Europe. Et si vous le voulez bien, faites circuler largement ce message autour de vous, pour informer et alerter vos proches de ce gâchis gigantesque et encore méconnu, et les rallier à notre mouvement pour faire pression sur les députés européens et protéger véritablement les abeilles locales.

Merci par avance !

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

(1) Amendements n°176, 187, 188, 191, 350, 365, 376, 386, 389 et 392déposés dans le cadre duProjet d’Initiative 2017/2115(INI) Perspectives et défis pour le secteur apicole de l'Union européenne2017/2115(INI) Perspectives et défis pour le secteur apicole de l'Union européenne
[/b]


POLLINIS Association Loi 1901
ONG indépendante, financée exclusivement par les dons des citoyens, qui se bat pour la protection des abeilles et des pollinisateurs sauvages en militant notamment pour un modèle agricole sans pesticide en Europe.
10, rue Saint Marc 75002 Paris http://www.pollinis.org
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1073
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

Re: Pétitions diverses

Message non lupar Jumbofan » 14 Déc 2017 20:20

Voilà, c'est de mieux en mieux !!!! Ils se foutent tous de nous, n'en n'ont rien à secouer Je suis absolument sidéré par cette façon de faire. Aucun justificatif ni contrôle pour ces sommes versées mensuellement. Ils ont tous les droits et nous il ne nous reste qu'a accepter ??? Je suis certain que vous mes chers Gaulois allez réagir en signant cette pétition et en la faisant circuler à un maximum de personnes. Ne nous laissons pas faire!!! Serait-ce la goutte qui ferait déborder le vase ???

Image

Image

Après les députés, les sénateurs !

En toute discrétion, fin de semaine dernière, les sénateurs se sont à leur tour octroyé une enveloppe de frais qu'ils pourront dépenser sans aucun justificatif ni contrôle. Autrement dit, de l'argent au noir.

Les députés s'étaient octroyé 650 € par mois.
Les sénateurs n'ont pas hésité à monter l'enveloppe à 885€ par mois !

Ces pratiques sont d'autant plus choquantes qu'elles sont faites dans le cadre de la loi dite de « moralisation » de la vie publique.

Alors n'hésitez pas à transférer cet email à vos connaissances pour les informer. Tous les citoyens ont le droit de savoir.

Merci

L’équipe de Citizaction


SIGNER LA PETITION
Venez en aide gratuitement aux animaux qui souffrent en vous connectant sur : www.actuanimaux.com
Avatar du Gaulois
Jumbofan
 
Messages: 1073
Inscrit le: 28 Mai 2011 18:12
Localisation: LGDR

...
 
Précédent

Retour vers SOCIETE

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : Aucun Gaulois inscrit et 10 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->