Le conflit israélo-palestinien

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar limacharlie » 31 Juil 2014 21:12

Hyères-Le-Palyvestre a écrit:Si l'on parle des Français juifs, ils sont avant tout mes compatriotes, et je ne fais aucune différence avec les Basques, ou les Bretons,

Et si, tu fais une différence de taille :en comparant des francais juifs à des francais basques, ou bretons.
Il y'a des juifs en bretagne, et au pays basque. Sinon il faudrait parler de franco-sunnites, franco-chiites, franco boudhistes.etc.
Bref, référence à la religion (si tu avais parle de franco-israélien, j'aurais conclu que tu étais simplement anti-sioniste, mais c'est pas ca que tu as écrit :oops: ).
Et pour finir, les US ne sont pas eux seuls reponsables de l'existence d'Israel.. Il faut aussi penser à regarder dans sa cour (Pétain, Laval et les autres, ils étaient ou ?).
limacharlie
 
Messages: 1573
Inscrit le: 07 Août 2011 09:41

...
 

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar Hyères-Le-Palyvestre » 31 Juil 2014 21:31

limacharlie a écrit:Et si, tu fais une différence de taille :en comparant des francais juifs à des francais basques, ou bretons.
Il y'a des juifs en bretagne, et au pays basque. Sinon il faudrait parler de franco-sunnites, franco-chiites, franco boudhistes.etc.

Je pense que tu m'as très bien compris mais que tu ratiocines :roll: Les Français ont une communauté de destin, ce qui n'empêche ni la variété,
ni les particularismes de toute nature, ce qui constitue d'ailleurs une force, jusqu'au poînt de basculement dans le communautarisme, ce qui est
devenue la menace de la fin de notre pays, en tout cas tel qu'il est demeuré depuis plus de quinze cents ans, avec d'innombrables transformations
internes, certes mais sur la longue durée, et toujours -peu ou prou - dans le même creuset de civilisation. Quand un "citoyen" porte l'uniforme
d'une armée étrangère, lors d'un service militaire - qui n'existe d'ailleurs même plus en France - par exemple, peut-il encore s'estîmer un Français
à part entière, même si de nombreuses combînes et reniements au plus haut nîveau de l'État, ont permis cette chose? Mais nous savons fort bien
que la classe politique a passé son temps à trahîr la France, depuis bien des décennies maintenant. Le résultat ubuesque est bien là!

P.S. Et surtout Lima., tu peux conclûre ce que tu veux :lol: J'aurais aussi bien pu évoquer la communauté arménienne, remarquablement et
anciennement assimilée en France, tout en ayant conservé un fort et légitime attachement à son pays d'origine. Pas un seul que j'aie pu croîser,
ne m'a semblé moins viscéralement lié à notre France, que n'importe quel autre Français de soûche, comme l'on dit maintenant!
Avatar du Gaulois
Hyères-Le-Palyvestre
 
Messages: 1411
Inscrit le: 24 Mars 2012 03:22

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar avechelice » 31 Juil 2014 21:57

Salut,

Et pour finir, les US ne sont pas eux seuls reponsables de l'existence d'Israel

En effet et je me demande souvent .. pourquoi on oublie (souvent aussi) le rôle joué par le pays de sa "très disgracieuse majesté" :mrgreen:
Avatar du Gaulois
avechelice
 
Messages: 1210
Inscrit le: 09 Nov 2011 19:29

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar Hyères-Le-Palyvestre » 31 Juil 2014 22:22

Les ravages du communautarisme, en France:

Communautaristes et néoconservateurs : les soutiens français de l’agression israélienne.

François Hollande a assuré de son soutien son ami Benjamin Netanyahu en déclarant qu’il appartenait "au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population". Inutile de préciser que le message a été reçu 5/5 par l’intéressé qui met les bouchées doubles pour détruire Gaza, sa population et ses infrastructures. Les morts (et les blessés) ne finissent pas de s’entasser et aucune perspective de cessez-le-feu ne pointe à l’horizon. En France, le gouvernement ne reste pas inactif, loin s’en faut, et ne ménage pas ses efforts pour faire taire les nombreuses voix qui s’élèvent contre cette agression. Les rassemblements de soutien au peuple palestinien sont la plupart du temps interdits et, quand ils ont lieu, les manifestants sont menacés et tabassés par les extrémistes juifs de la LDJ, véritable milice supplétive du gouvernement socialiste (l’un de ses membres est d’ailleurs garde du corps de François Hollande). Plus discrètes mais non moins efficaces, de nombreuses autres structures ne ménagent pas leur peine pour briser la résistance : associations de l’antiracisme institutionnel, cercles néconservateurs, sites communautaristes, groupes identitaires et antifas. Parfois opposées entre elles mais unies par un même objectif : défendre la politique israélienne, combattre la résistance au sionisme en l’assimilant à l’antisémitisme, et par une même méthode : la désinformation et, si besoin, l’intimidation et la terreur. Par leur soutien inconditionnel à Israël et à sa politique, quoi qu’il en coûte pour la Palestine et le reste du monde, ces "néoconservateurs à passeport français" se conduisent comme des agents au service d’une puissance étrangère.


Les néoconservateurs : Dreuz.info et le Cercle de l’Oratoire

Idéologie officielle de l’Empire, la théorie du choc des civilisations qui met face-à-face Islam barbare et conquérant et civilisation judéo-chrétienne assiégée, trouve des relais mobilisés et efficaces en France. Une seule ligne : la défense inconditionnelle d’Israël, tête de pont de l’impérialisme occidental au Moyen-Orient. L’agression contre Gaza – assimilée par Dreuz info à une "guerre contre la terreur" – est pleinement justifiée et la riposte israélienne proportionnée. Et même clémente puisque 583 morts palestiniens en 15 jours "ce n’est pas beaucoup". Surtout si l’on tient compte de la soi-disante pratique des boucliers humains utilisée par le Hamas, un mensonge délibéré made in Israël qui a déjà fait ses preuves en matière de désinformation. Mais si Israël "ne fait que défendre ses civils contre les tirs de roquettes et de missiles perpétrés par des terroristes, des criminels, des maffieux", quelle est la raison de la campagne menée par les médias occidentaux contre elle ? La réponse a le mérite de la simplicité : parce qu’ils "haïssent ce pays et veulent voir les musulmans européens descendre dans la rue et y ficher le bazar", ceux qui manifestent leur soutien à Gaza n’étant qu’un collectif d’islamistes radicaux. La stratégie de la victimation est toujours payante…

Autre officine néoconservatrice, le Cercle de l’Oratoire où l’on trouve l’avant-garde sioniste : André Glucksmann, Romain Goupil, Cécilia Gabizon, Elisabeth Schemla, Pierre-André Taguieff, Frédéric Encel, Antoine Basbous, Fadela Amara,.. pour la plupart d’anciens gauchistes reconvertis dans l’atlantisme forcené. Ces supporters inconditionnels d’Israël s’étaient fait remarquer par un lobbying intense en faveur de la guerre en Irak de 2003 quand ils ont déclaré : "Pour notre part, nous choisissons le camp du peuple irakien. Sa liberté dépend désormais de la victoire des armées anglo-saxonnes… " Sans doute mû par le même altruisme, Frédéric Encel estime que le Hamas, violemment antisémite, doit être neutralisé car il a toujours joué "la politique du pire et de la confrontation avec Israël" dont "il ne reconnaît pas l’existence", avec pour objectif la prise de contrôle par les Palestiniens "de tous les Territoires et même de l’extérieur" par la violence. Et finalement, 95.000 morts en 65 ans d’occupation, c’est somme toute très raisonnable, surtout si on compare ce chiffre aux victimes des autres conflits armés, notamment en Afrique. Un point de détail ?

Fadela Amara, qui considère le voile islamique comme un "cercueil vivant" et se sent "comme à la maison" en Israël où elle a connu la vraie diversité et pas vu la moindre pression raciste, ne trouve pas de mots assez durs pour fustiger l’obscurantisme islamiste et son corollaire, l’antisémitisme : "Malheureusement, le problème de l’antisémitisme n’a pas été complètement résolu dans mon pays. Il revient sous une autre formule dans les banlieues, où les islamistes pourrissent les cerveaux de nos enfants. Si nous avions joué correctement nos rôles et si nous avions radicalement réduit l’antisémitisme en France, y compris dans l’administration, nous ne serions pas témoin de sa renaissance aujourd’hui dans les quartiers, sous sa forme islamiste, en même temps que son discours, qui a des connotations fascistes. Tout cela à cause de notre lâcheté et parce que nous n’avons pas voulu l’admettre, et nous ne voulions pas le savoir." Très logiquement, son association Ni Putes Ni Soumises, affiliée au Cercle de l’Oratoire, s’emploie à stigmatiser la "culture des cités" associée à l’obscurantisme, au sexisme et même à l’antisémitisme et à dénoncer le "fascisme vert" des musulmans. Mais ses préoccupations débordent largement les frontières hexagonales. En compagnie de SOS Racisme et de l’Union des Étudiants Juifs de France – autres officines sionistes –, elle a lancé un appel commun afin d’obtenir la libération de trois membres des Femen détenus en Tunisie. Et au moment de l’opération plomb durci contre Gaza, sans un mot pour les nombreuses victimes palestiniennes, son seul souci a été d'"endiguer la subite déferlante d’antisémitisme", répondant alors aux inquiétudes de l’Union des Étudiants Juifs de France. Inquiétude que partage Pierre-André Taguieff à propos des manifestations pro-Gaza actuelles dans lesquelles il voit. l’expression d’une France "antijuive".

Sans oublier Rudy Reichstadt, membre du Cercle de l’Oratoire et ami de Pierre-André Taguieff, BHL et Caroline Fourest. Sur le site qu’il dirige, "Conspiracy Watch", il s’est donné pour mission de dénoncer les "théories du complot" (en clair : les analyses construites dénonçant l’emprise du sionisme). A géométrie variable, donc. On attend toujours sa réaction à la thèse d’Alexandre Arcady selon laquelle les nombreux rapports internationaux ou reportages relatant la mort d’enfants palestiniens tués par des balles ou des bombes israéliennes ne seraient qu’un gigantesque complot probablement fomenté par les soutiens du peuple palestinien.

Les islamophobes : Riposte Laïque, Résistance Républicaine et Génération Identitaire.

A l’avant-poste du soutien à l’agression israélienne, l’association d’extrême-droite Riposte Laïque (dont la directrice est par ailleurs membre de NPNS) qui organise régulièrement des actions contre "l’islamisation de la France" en commun avec le Bloc Identitaire et prend pour cible exclusive les musulmans et leurs pratiques culturelles et religieuses. Pierre Cassen, l’un de ses membres fondateurs, ancien trotskiste, fait régulièrement la promotion des thèses de Riposte Laïque dans des réunions organisées par le B’nai B’rith. Islamophobe et sioniste, considérant Dieudonné comme un "islamo-collabo", cette association défend la théorie raciste d’Eurabia selon laquelle le monde arabe constituerait une menace démographique et terroriste pour l’Europe en particulier et le "monde civilisé" en général. De quoi justifier la guerre contre le Hamas, "mouvement islamiste", menée par Israël "qui ne fait que se défendre" et épargne "autant que faire se peut les civils", selon Pierre-William Goldnadel, président de l’Association France-Israël. Il est vrai que de son point de vue Israël est un État démocratique aux prises avec "une organisation islamiste, terroriste, homophobe et antisémite". Et qui de surcroît torture les chrétiens, menace les journalistes et tire à vue sur les habitants de Gaza selon Europe Israël qui ne craint pas d’user jusqu’à la corde la diabolisation de l’Islam. Quant aux manifestants pro-Gaza, ce sont des ramassis d’antisémites et de djihadistes. Pour ces lobbyistes, il n’y personne pour défendre Israël, surtout pas France 2, un organe de désinformation pro-palestinien, ni les politiques français coupables d’indulgence envers le Hamas… et envers l’islamisme criminel, antisémite et christianophobe.

Le Bloc identitaire, farouchement islamophobe, cache mal son soutien à Israël derrière une absention de principe (ni keffieh, ni kippa) : "les dernières manifestations pro-palestiniennes, soutenues par un grand nombre d’associations politiquement orientées à l’extrême gauche, sont là pour nous rappeler tous les bienfaits du multiculturalisme et du communautarisme à la française" peut-on lire sur leur site lyonnais. Pour les identitaires, ceux qui soutiennent la Palestine sont, soit des fondamentalistes, soit des gauchistes, soit des antisémites, ou même les trois à la fois puisque "l’antisémitisme en France concerne surtout les musulmans et les sympathisants de la gauche extrême". Le site Français de souche, également anti-Islam, développe un point de vue similaire.

Même son de cloche à Résistance Républicaine (dont la présidente, Christine Tasin, anti-palestinienne et islamophobe patentée, est aussi le co-présidente de Riposte Laïque) où l’on justifie les tirs d’obus israéliens contre les ambulances de l’ONU par le droit d’Israël à se défendre contre le terrorisme (car, c’est bien connu, les ambulances servent de couverture aux terroristes). Et le seul responsable du massacre est de toute façon le Hamas "qui veut un maximum de morts à Gaza" tandis que "pour Israël la sauvegarde de la vie humaine est une priorité". Affirmations finalement peu surprenantes de la part d’une organisation qui s’alarme de la "présence excessive de musulmans en France" et considère Dieudonné (sans rire) comme un " agent chiite iranien ".

Les communautaristes : CRIF et LICRA.

Cette thématique xénophobe et raciste propre aux identitaires est également reprise par le CRIF qui a récemment mis sur son site un documentaire israélien sur la "menace islamique" en Europe et soutient ouvertement le journaliste islamophobe Robert Redeker. La LICRA, de son côté, veut combattre l’antisionisme au même titre que l’antisémitisme et estime que "l’islamophobie est un droit". CRIF et LICRA sont aux avants-postes du soutien à Israël dans sa guerre contre le Hamas. Le CRIF est même allé jusqu’à demander aux autorités françaises d’interdire les manifestations pro-palestiniennes, arguant des récentes échauffourées et s’inquiétant du sort de la communauté juive vivant en France. Son président Roger Cuckierman a bien sûr été reçu par François Hollande pour s’entretenir avec lui de ces questions et le message est bien passé puisque ces manifestations "antisémites" (selon la LICRA) ont été interdites dans plusieurs villes au grand soulagement du Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme pour qui tout soutien à la Palestine est de l’antisémitisme. En revanche, le principe de non-importation sur le territoire français du conflit, défendu par le gouvernement et les sionistes, ne semble pas s’appliquer au CRIF puisqu’il a appelé dans un communiqué à un "rassemblement unitaire des amis d’Israël" devant l’ambassade d’Israël pour promouvoir "le droit d’Israël à se défendre contre les attaques aveugles qui visent sa population". Avec l’aval du gouvernement et bien sûr le concours logistique de la LDJ, milice du lobby pro-israélien.

Les nervis fascistes : Betar et LDJ

Soudards du sionisme, la LDJ et le Betar se rendent régulièrement coupables de violences envers les défenseurs de la cause palestinienne. Ils ont violemment attaqué les manifestants pro-palestiniens et proféré des insultes ("on encule la Palestine") comme on peut le voir sur la vidéo et d’après les nombreux témoignages des manifestants présents dont ceux de l’Union Juive Française pour la Paix. Et le tout sous la protection des CRS. Ils peuvent même servir à l’occasion de forces supplétives comme on le voit ici où ils chargent les manifestants de concert avec les policiers. Mais ce n’est guère étonnant quand on sait que la Police nationale prête aux troupes de la LDJ ses bâtiments officiels pour leurs séances d’entraînement au krav-maga, l’art martial de l’armée israélienne, qu’elles suivent sous la direction de conseillers techniques venus d’Israël… et que leurs exactions sont couvertes par les politiques de tous bords.

Les délateurs-désinformateurs : JSS News

Dans la même veine, le magazine franco-israélien JSS News avait lancé l’hiver dernier une véritable chasse à l’homme en se vantant de "livrer en pâture chaque jour les noms et parfois les coordonnées de dizaines de personnes coupables de quenelles afin de ruiner leur vie (sic)". Avec quelques ratés mais, qu’on se rassure, sans aucune conséquence pour le journal qui peut continuer tranquillement son sale boulot. Véritables soldats de Tsahal sans uniforme (JSS News invite d’ailleurs ses lecteurs à faire des dons en ligne pour l’armée), ses journalistes vont le plus loin dans la désinformation en attribuant au Hamas les bombardements des hopitaux de l’ONU ! De toute façon, rien n’est de trop pour atteindre le "point de dissuasion", même de "raser Gaza" ou d’"éradiquer les palestiniens" leitmotive du courrier des lecteurs, en tout cas terroriser les palestiniens pour qu’ils "se pissent dessus rien qu’à l’évocation du Nom d’Israël". Comme le rappelle l’un des lecteurs, "le point de dissuasion c’est quand Gaza sera Grozny et les gazaouis, liquéfiés comme les tchétchènes."

L’inénararrable Frédéric Haziza y est aussi allé de sa désinformation en faisant passer une photo (datant de 2009) d’un manifestant iranien menaçant un policier pour celle d’un pro-palestinien. Pris en flagrant délit de mensonge, le journaliste a reconnu son erreur mais sans toutefois la rectifier, au mépris de toute déontologie. Et sans même s’attirer les foudres de ses confrères.

Les faux-amis : les antifas et l’antiracisme institutionnel

Les antifas théorisent leur propre confusion idéologique : tout en prétendant soutenir les palestiniens, ils combattent quasi-exclusivement l’antisionisme, les régimes ennemis d’Israël et les groupes ou militants qui critiquent Israël et sa politique de colonisation : les dissidents, les nationalistes progressistes ou souverainistes et les vrais communistes, en particulier le Comité Valmy et le PRCF qualifiés de nationaux-communistes.

Véritables néoconservateurs de gauche, les antifas concentrent aussi leurs attaques sur les dirigeants étrangers qui résistent à l’impérialisme étasunien ou israélien, Bachar el-Assad, Hugo Chavez ou Vladimir Poutine en particulier, épargnant en revanche les monarchies sanglantes du Golfe, Israël et l’Ukraine fasciste. Un simple copier/coller de l’axe du Mal étasunien…

SOS Racisme est sur la même longueur d’ondes pour dédouaner le colonialisme israélien. Prétendant combattre la discrimination raciale sous toutes ses formes, cette organisation, entièrement mobilisée sur le front de l’antisémitisme – pourtant en baisse depuis 10 ans -, épargne curieusement l’islamophobie au motif qu’il s’agit de discrimination religieuse et non de racisme. Ce faisant, SOS-Racisme contribue à banaliser l’islamophobie qui, elle, ne cesse de progresser en France. Pas étonnant quand on connaît les liens presque organiques qui l’attachent à l’UEJF depuis sa fondation en 1984. Ainsi, l’avocat de SOS Racisme est aujourd’hui Patrick Klugman, ancien président de l’UEJF, est membre du comité directeur du CRIF. L’antiracisme authentique, au contraire de l’antiracisme institutionnel, reconnaît à juste titre dans l’apartheid sioniste pratiqué par Israël une forme particulièrement virulente de discrimination raciale. L’ONU avait d’ailleurs en son temps assimilé l’un à l’autre.

Encore et toujours, c’est la politique du deux poids/deux mesures qui est pratiquée. Ainsi, en février 2006, SOS-Racisme prend position en faveur de la publication des caricatures de Mahomet du journal Jylland-Postens dans Charlie Hebdo en signant une pétition de soutien. Dominique Sopo, président de SOS Racisme, sera même témoin de Charlie Hebdo au procès des caricatures. À cette occasion, SOS-Racisme affirme un attachement très fort à la laïcité, considérée comme un pilier fondamental aussi bien du vivre-ensemble que comme une condition essentielle à l’existence d’un régime démocratique en co-signant une tribune contre l’intégrisme religieux (comprendre musulman) parue dans Libération en novembre 2011. A l’opposé, en bonne officine sioniste, SOS-Racisme a poursuivi sans relâche les quenelliers.

Cette indignation invariablement sélective se retrouve dans le traitement des dérapages des manifestants des deux bords : tolérance minimum pour les rares slogans antisémites des pro-palestiniens qui ont servi à faire interdire les manifestations de soutien à Gaza, et rien contre les insultes racistes de la LDJ.

Mais les associations de l’antiracisme institutionnel ne font finalement que reprendre la ligne politique pro-israélienne de l’UMPS : le Ministre de l’Intérieur, comme du reste le Parti Socialiste, Anne Hidalgo et le communautariste Claude Goasguen pour qui les palestiniens sont "un peuple de sauvages et de terroristes épouvantables", sont sur la même longueur d’ondes pour estimer que la tranquillité des colons israéliens vaut bien le sacrifice de quelques milliers d’enfants palestiniens. Cette unanimité, ces rapports de force écrasants en faveur de la politique belliciste de l’État hébreu, témoignent de l’efficacité des sayanim, agents du sionisme en France, qui contribuent coûte que coûte à la toute-puissance d’Israël et à son impunité absolue.

http://bourgoinblog.wordpress.com/2014/ ... raelienne/



Bon là j'envoie un texte de fond, comme toujours avec Gilad Atzmon!


"Pourquoi Israël perd une guerre qu’il est en train de gagner" : Gilad Atzmon répond à Jeffrey Goldberg
Traduction E&R


Publié le : jeudi 31 juillet
Auteur(s) : Gilad Atzmon


Étant parmi les premiers à avoir prédit une défaite imminente d’Israël dans cette série de violence, j’étais ravi de lire ce matin que le porte-parole du sionisme, Jeff Goldberg, admet qu’Israël a perdu la guerre.

« Pourquoi Israël perd une guerre qu’il est en train de gagner », se demande Goldberg. L’État hébreu est une superpuissance régionale, son lobby domine la politique occidentale et est en avance technologiquement : qu’est ce qui a bien pu se passer pour que cela tourne mal ?

Jeffrey Goldberg, ancien gardien de camp de concentration israélien, avance quelques arguments amusants qui méritent notre attention.



Il écrit : « Dans un combat entre un acteur étatique et un acteur non étatique, l’acteur non-étatique peut l’emporter simplement par la survie. »

Je soupçonne le commandement militaire israélien d’être désormais conscient de cet argument. Mais les Palestiniens ont fait bien plus que seulement « survivre » : ils ont mis Israël à genou. Les Palestiniens ont agi de façon héroïque sur le terrain et ont démontré une unité totale, deux choses qu’Israël n’avait pas anticipées. Ils ont aussi délivré un message clair au peuple israélien, au monde juif mais également au minuscule clan des juifs « antisionistes » : cette lutte n’est pas contre « l’occupation », 1967, ou bien pour une solution à deux États. Il s’agit d’une question de dignité humaine, du droit d’exister. Les Palestiniens n’ont aucune intention de disparaître, c’est le peuple de cette terre et ils reviendront. L’armée de défense d’Israël peut être capable de détruire quelques tunnels, de tuer des personnes âgées, des femmes et des enfants et de réduire les rues à un amas de débris mais elle ne peut même pas égratigner la volonté des Palestiniens.

Au bout du compte, même Goldberg pourra certainement être forcé d’admettre que les Palestiniens ont gagné car leurs objectifs et leurs buts vont bien au-delà de la simple survie.



« On parle beaucoup du lobby juif. Mais le lobby mondial du monde musulman est plus important », se plaint Goldberg.

Mais est-ce vraiment le cas ? En fait, la plupart des commentateurs, y compris Goldberg en personne (dans ce même article), sont d’accord sur le fait que le Hamas et les Palestiniens n’ont jamais été autant isolés politiquement, y compris au sein du monde musulman. L’explication est à l’opposé de celle avancée par les « antisionistes ». Le raisonnement juif progressiste considère que la construction d’alliances et de ligues aiderait les Palestiniens, mais en réalité, une fois isolés et dos au mur, les Palestiniens ont gagné militairement, politiquement, stratégiquement, diplomatiquement et plus important encore, spirituellement. La raison ? Le dos au mur et le pistolet braqué sur le visage, il est très difficile de se courber.

Goldberg utilise l’habituel argument de l’antisémitisme pour se plaindre : « Si vous avez passé du temps ces dernières semaines sur Twitter, ou bien à paris, vous savez bien que l’antisémitisme est une autre source de l’isolation internationale d’Israël. »

Comme nous le savons, mentir et utiliser des propos tendancieux pour servir la cause est un sport casher. Néanmoins, on s’attend toujours à ce que les marchands du sionisme tels que Goldberg, Regev ou Dershowitz exposent les choses de façon légèrement plus complexe. À l’opposé de l’antisémitisme, ce qui se passe à Paris est un gouvernement de marionnettes sous contrôle du puissant lobby juif qu’est le CRIF. Ce gouvernement est en effet impopulaire et son impopularité se reflète négativement sur ses trésoriers. Ce que nous voyons à Paris ou sur Twitter n’est ni plus ni moins qu’une réaction face au pouvoir juif. Est-ce de l’antisémitisme ? Pas du tout. Cette réaction s’oppose-t-elle aux juifs en tant que race et en tant que religion ? Pas du tout. Au contraire, elle incarne une forme de résistance face aux lobbies juifs et en particulier aux crimes commis par l’État juif au nom du peuple juif.



« L’antisémitisme est présent à nos côtés depuis plus de 2000 ans, c’est un virus incurable et qui se métamorphose », dit Goldberg.

Il est ici totalement dans le faux. Les sentiments antijuifs sont la réaction naturelle du mauvais comportement des juifs. Le mauvais comportement juif est une notion dynamique ; il a, et a eu, de nombreux visages et transformations. Ces différentes facettes et formes à travers l’histoire ont engendré différentes formes d’opposition. Il est triste que le mauvais comportement des juifs soit aussi vieux que le peuple juif lui-même, probablement causé par les racines tribales, racistes et suprématistes de la tradition, de l’héritage et des textes juifs. Et c’est cette même exclusivité raciale juive qui transpire à travers les politiques contemporaines, qu’elles soient « sionistes » ou « antisionistes ». Dans la pratique, s’opposer au barbarisme de l’État hébreu ou à ses défenseurs n’est pas de l’antisémitisme, c’est de l’humanisme en soi.

Goldberg, qui pleurniche quotidiennement à propos de l’antisémitisme, ne prend clairement pas conscience que c’est à cause de lui et de ses consorts que s’installe un sentiment antijuif. Sur un ton condescendant, il donne une leçon au gouvernement américain démocrate élu sur les actions à mener et sur la façon de se comporter : « Les récents efforts de Kerry afin de négocier un cessez-le-feu n’ont pas abouti car ces propositions traitent le Hamas comme une organisation légitime avec des besoins de sécurité légitimes. » Les Goldberg, AIPAC et Dershowitz de ce monde ne peuvent pas admettre que ce n’est pas aux juifs de définir les limites de la légitimité. Bien au contraire, une libération américaine se fait attendre depuis longtemps. Le peuple américain pourrait libérer leurs medias, leur culture, leur finance et leur politique de cette idéologie corrosive et répressive qui domine l’Amérique depuis si longtemps. Son influence sur les intérêts extérieurs et la diplomatie de l’Amérique a ruiné son système de valeurs, son éthique morale et ses effets sur la finance ont laissé la majeure partie de son pays dans un état de pauvreté.

Durant des années, j’ai soutenu que la lutte en Palestine constituait notre lutte pour l’humanité car nous sommes tous des Palestiniens. Le triomphe à Gaza est un appel au réveil pour l’humanité. Sans avoir peur, nous devons identifier les éléments corrosifs qui ont dérobé notre véritable sens athénien de l’esprit de vérité et de liberté et qui ont placé Jérusalem et Goldberg parmi nous.

http://www.gilad.co.uk/writings/jeffrey ... efeat.html
Avatar du Gaulois
Hyères-Le-Palyvestre
 
Messages: 1411
Inscrit le: 24 Mars 2012 03:22

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar Hyères-Le-Palyvestre » 31 Juil 2014 23:14

limacharlie a écrit:....Et pour finir, les US ne sont pas eux seuls reponsables de l'existence d'Israel.. Il faut aussi penser à regarder dans sa cour (Pétain, Laval et les autres, ils étaient ou ?).


Pour tes "conclusions", Lima., je t'ai trouvé ça spécialement pour toi, puisque tu as l'air de faire de drôles de contre-sens historiques,
j'ai pensé que tu pourrais combler tes lacunes :D


"Vichy et la Shoah, enquête sur le paradoxe français" : chronique de Adrien Abauzit

Catégorie parente: Notes sur oeuvres
Catégorie : Histoire
Écrit par Adrien Abauzit

Nous vous présentons ici la chronique rédigée par Adrien Abauzit (auteur de Né en 1984) d'un livre sorti en 2013, de l'historien israélien, Alain Michel : "Vichy et la Shoah, enquête sur le paradoxe français"

Vichy et la Shoah, enquête sur le paradoxe français (2013)
Alain Michel

Cet ouvrage n’a pas été écrit par un nostalgique de Vichy, mais par un historien israélien d’origine française, rabbin de son état. Pourquoi le préciser ? Le propos de l’ouvrage ne se suffit-il pas à lui-même ? En théorie si…dans un monde normal. Mais nous ne vivons pas dans un monde normal. L’honnêteté intellectuelle est souvent déniée aux auteurs, suspectés de d’orienter leurs travaux dans le sens de leur intérêt personnel et non de la vérité. En outre, des réflexes de Pavlov colonisent l’esprit des français victimes du lavage de cerveau de l’idéologie dominante. La qualité d’Alain Michel est donc un atout, car elle permet de courcircuiter ces travers.

L’auteur de cette enquête n’apporte que peu de faits nouveaux. L’histoire du sauvetage des juifs français et des juifs étrangers présents en France durant la guerre avait déjà été écrite et dite par des historiens on ne peut plus académiques et prestigieux, français ou étrangers. Mais depuis plusieurs décennies, il a été interdit de dire une vérité qui pourtant fait honneur à la France.

Outre le rappel de ce que fut la politique de Vichy, l’intérêt de ce livre réside dans l’étude et la critique des travaux historiques qui font actuellement autorité sur ce sujet houleux.

L’exemple Poliakov

En 1940 il y avait en France 330 000 juifs. 195 000 juifs français et 135 000 juifs étrangers, réfugiés politiques pour la plupart d’entre eux. 13 % des juifs français ont été déportés. 37 % des juifs étrangers ont été déportés. 69 000 juifs étrangers et 11 000 juifs français sont morts durant le conflit. Au total, près de 75 % des juifs présents en France en 1940 ont échappé à la mort. Près de 95 % des juifs français et 57 % des juifs étrangers ont survécu.

Comment expliquer le taux très élevé de survie des juifs français ? Plusieurs explications sont données avant les années 70. Léon Poliakov, premier grand historien de la Shoah et auteur du célèbre Bréviaire de la haine, donne son explication : « Du sort relativement plus clément des juifs de France, Vichy fut en fait le facteur prépondérant. ». Ainsi, contrairement à la thèse de Serge Klarsfeld, reprise stupidement par le bonnet d’âne Jacques Chirac en 1995, Poliakov affirme que les juifs de France ayant survécu doivent prioritairement leur salut à Vichy et non à la société civile. Pour Poliakov l’existence d’une zone libre, l’affirmation des droits de souveraineté de Vichy, la politique de Laval et les refus de Pétain, ont permis de sauver l’immense majorité des juifs français.

En 1989, dans un livre d’entretien, Poliakov maintient que Laval ne mérite pas sa triste « réputation ».

La doxa Paxton/Klarsfeld

A partir des années 70 disions-nous, une doxa nouvelle s’est mise en place. Deux idées matricielles la constituent :
La « négativité absolue » de Vichy. L’historien américain Robert Paxton conclue que par définition, rien de bon ne peut venir de Vichy.
La survie des juifs de France est due à la population française. Vichy n’y est pour rien. Cette thèse est notamment développée par Serge Klarsfled.
Il ressort que la doxa pose une culpabilité totale de Vichy interdisant tout réexamen de son contenu : « les bonnes questions posées par les tenants de la réhabilitation de Vichy ne seront ainsi jamais examinées sérieusement par les historiens reconnus, de peur de se voir alors accusés eux-mêmes de servir leurs buts révisionnistes, ou encore d’appartenir à leurs milieux politiques souvent nauséabonds ».

Le statut des juifs est fait sous pression allemande

Selon une légende tenace, colportée notamment par Robert Paxton, le régime de Vichy aurait fait adopter le statut des juifs en dehors de toute pression allemande. Un examen du déroulement des évènements suffit à démontrer que cette assertion est un pur mensonge.

Le 7 septembre 1940, les Allemands annoncent au gouvernement qu’une ordonnance contre les juifs est en préparation. Le 10 septembre, pour la première fois, en Conseil des ministres, la question juive est alors abordée. Le 25 septembre, le ministre des Affaires étrangères Paul Baudouin adresse aux autorités occupantes une lettre de protestation contre l’adoption de l’ordonnance nazie. Les Allemands n’en ont cure et publient une ordonnance d’ « aryanisation » le 27 septembre, c’est-à-dire de confiscation légale des biens des juifs.

Le 1er octobre, en urgence, le Conseil des ministres adopte sa première loi sur le statut des juifs. Le 4 octobre, la loi est publiée. Ainsi, contrairement à ce qu’ose affirmer Paxton, le statut n’a été adopté que sous pression allemande et pour éviter que l’occupant ne soit seul à s’occuper de la question juive.

Le statut issu de la loi exclue les juifs de certains domaines d’activité : vie politique, justice, diplomatie, administration, éducation, armée, presse, monde du spectacle. Les anciens combattants juifs des deux guerres, ainsi que les juifs ayant rendu des services exceptionnels à la France sont exemptés de ces mesures.

Le statut instaure une discrimination qui paraîtra bien évidemment choquante à toute personne attachée à l’égalité devant la loi. Mais, comme l’auteur l’évoque, en aucun cas il n’y a dans cette loi la moindre intention meurtrière. Rattacher le statut à la Solution finale est donc une interprétation téléologique de l’histoire parfaitement malhonnête.

Le 4 octobre, une autre loi est votée : la loi sur l’internement des juifs étrangers. Ici, l’auteur révèle des faits nouveaux permettant de comprendre le réel objectif de cette loi : le régime de Vichy a tout fait pour faire émigrer les juifs étrangers en Amérique du Nord ou du Sud. L’internement prévu par la loi avait vocation à être précaire. A titre d’exemple, le 30 janvier 1941 a lieu à Cieudad Trujillo, en République dominicaine, une réunion du comité intergouvernemental pour les réfugiés. La délégation française de la conférence fait savoir officiellement sa difficulté à pouvoir accueillir de nouveaux réfugiés, ainsi que son désir de voir les réfugiés actuellement internés en France être accueillis par d’autres pays. Hélas, les gouvernements d’Amérique ont refusé cette émigration.

Pétain, Laval et Darlan s’opposent au port de l’étoile jaune

L’information est peu connue, mais l’étoile jaune n’a été portée qu’en zone occupée. Pétain, Laval et Darlan, ont toujours refusé le port de l’étoile jaune en zone libre, notamment parce qu’une telle mesure aurait visé les juifs français. Les images d’Epinal en souffrent, mais c’est ainsi.

La politique de Laval

Le 4 mars et le 11 juin 1942, des conférences sont organisées à Berlin au siège de la Gestapo SS. Il y est décidé une accélération des déportations. Dannecker, représentant d’Eichmann et chef de la Gestapo chargé de la « question juive » en France, s’engage à assurer la déportation de 40 000 juifs.

Début mai 1942, Karl Oberg devient chef suprême de la SS et de la police en France. Si tôt, assisté d’Helmut Knochen, commandant en chef de la sécurité interne à Paris, il engage des négociations avec René Bousquet, délégué à la police au gouvernement de Vichy.

Le 2 juillet, un compromis est arrêté entre Oberg et Bousquet : « Vichy accepte d’effectuer les arrestations sur l’ensemble du territoire français en fonction du nombre fixé par les Allemands. De leur côté, les Allemands acceptent que seuls des juifs étrangers soient arrêtés. Il est admis que cet accord devra être confirmé par Laval deux jours plus tard, le samedi 4 juillet. Pourquoi Vichy accepte ce compromis ? C’est parce que cela lui permet de réaliser trois objectifs poursuivis depuis le début : se débarrasser des juifs étrangers, protéger les juifs français, et renforcer son autorité sur tout le territoire français, et pas seulement sur la zone libre. »

Deux jours plus tard, l’accord est confirmé en même temps qu’il est réduit. Pétain et Laval n’acceptent que l’ « évacuation » des juifs apatrides.

Les historiens Paxton et Marrus jugent sévèrement Laval, estimant qu’il n’a rien obtenu par ces accords. Pourtant, jusqu’à la fin de l’été 1943 : « il n’y a pratiquement pas de juifs français déportés, sauf, comme le disait Dannecker, dans un cadre de représailles, ou d’infraction à la législation antisémite. » Alain Michel conclue donc que : « le regard de Marrus et Paxton est erroné, et [que] Laval a effectivement réussi à obtenir une concession de taille. »

Lors de la rafle du Vel d’Hiv, les 16 et 17 juillet, 12 000 juifs apatrides sont arrêtés en région parisienne par la police française.

Le 2 septembre, Laval demande à Oberg qu’on ne lui signifie plus de nouvelles exigences en matière de déportation. Grâce à cette intervention, une rafle de 5 000 juifs prévue le 22 septembre par Rotchke, nouveau délégué d’Eichmann, est finalement annulée. Selon Alain Michel : « Si aucun convoi de déportation ne quitte la France au mois d’octobre 1942, on peut l’attribuer, au moins partiellement, à la stratégie de Laval, relayée par Bousquet et Leguay. On le voit, la collaboration de Vichy en matière d’antisémitisme est loin d’être simple. »

Pétain et Laval roulent les nazis dans la farine

Si les Allemands ont accepté que les juifs français échappent dans un premier temps aux déportations, c’est parce que Bousquet, puis Laval, leur laissent miroiter une future loi de dénaturalisation. Les juifs ainsi dénaturalisés deviendraient étrangers, voire apatrides, et par conséquent, « déportables » : « En septembre 1942, lorsque les nazis acceptent de ralentir la pression dans le domaine de la question juive, il est entendu qu’en échange le gouvernement de Vichy mettra au point une loi de dénaturalisation, afin d’élargir la catégorie de juifs qui peuvent être déportés. »

Darquier de Pellepoix, que Pétain soit dit en passant qualifie publiquement de tortionnaire, s’occupe de la rédaction d’un premier projet. René Bousquet prend sa suite, en établissant un texte moins extrémiste. Ce texte prévoit la déchéance de nationalité de tous les juifs naturalisés depuis 1927. Fin juin 1943, la loi est prête. Pour la mi-juillet, Röthke prévoit une nouvelle rafle à Paris, dès le lendemain de la promulgation de la loi. La messe semble être dite. Mais fin août, à leur plus grande stupeur, les nazis apprennent que sur intervention de Pétain, la loi sur les dénaturalisations est abandonnée :

« Il est donc évident que le fait d’avoir mené les nazis par le bout du nez jusqu’en septembre 1943, en leur promettant de faire passer une loi de dénaturalisation – promesse qui conduit la Gestapo-SS à ne pas engager directement d’opérations d’arrestations-, ce fait, donc, a vraisemblablement évité l’arrestation de milliers de victimes juives supplémentaires. »

Conscient d’avoir été « mené par le bout du nez », les Nazis envoient alors Aloïs Brunner en France pour prendre en main la politique de déportation. L’automne 1943 va marquer un tournant dans l’histoire de la déportation des juifs de France. Les accords Ober-Bousquet volent en éclat.

En conclusion…

Alain Michel au final, aboutit à des conclusions aux antipodes de la doxa Paxton/Klarsfeld.

Il reconnaît le rôle central de Vichy dans le sauvetage des juifs survivants. Il considère que Vichy a eu en ce domaine des « conséquences plus positives que négatives » :

« Vichy est certes criminel, mais il est l’élément principal qui explique comment 75 % des juifs de France ont survécu, même si, bien sûr, comme nous venons de le montrer, il n’est pas l’élément unique qui explique ce résultat. »

« Finalement Vichy, à la fois complice des assassins et en même temps élément indispensable de l’ampleur du sauvetage, nous prouve qu’il est impossible d’écrire l’histoire de cette période en noir et blanc, dès lors que l’on s’intéresse non aux extrémistes, mais aux dirigeants qui se sont retrouvés face à des décisions allemandes qu’ils n’avaient pas prévues, auxquelles ils ont dû donner des réponses en fonction de ce qu’ils pensaient possible ou raisonnable de faire. Qu’ils aient commis des erreurs, et même des crimes, c’est certain. Mais que leur action ait eu finalement des conséquences plus positives que négatives, cela nous semble également une affirmation raisonnable. »

Adrien Abauzit

http://www.scriptoblog.com/index.php/no ... en-abauzit
Avatar du Gaulois
Hyères-Le-Palyvestre
 
Messages: 1411
Inscrit le: 24 Mars 2012 03:22

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar limacharlie » 01 Août 2014 22:08

Quit lit les copié-collé du Palyvestre..?
Y sont quand même un peu longs..
limacharlie
 
Messages: 1573
Inscrit le: 07 Août 2011 09:41

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar Hyères-Le-Palyvestre » 01 Août 2014 23:24

limacharlie a écrit:Quit lit les copié-collé du Palyvestre..?
Y sont quand même un peu longs..

Bonsoir limacharlie, bonsoir à tous: tu sais Lima., moi j'envoie de la doc., si possible décoiffante et/ou inédite, sur les sujets que nous abordons.
Maintenant personne n'est obligé de se la farçir mais si tu regardes bien - Tiens! Prenons les trois derniers liens que j'ai postés ici - le bouquin sur Vichy,
puisque tu avais évoqué le Maréchal, est absolument passionnant et scriptoblog une mîne d'info. et de bouquins, tous plus intéressants les uns que les
autres, Gilad Atzmon, dont pas grand monde a du entendre parler: un garçon de tout premier plan, oûtre un remarquable musicien, un intellectuel
de très haut vol, avec des positions inouïes sur le clash avec les Palestiniens, vu qu'il est juif, c'est autre chose que le minus BHL....
Quant à Nicolas Bourgoin, son blog à lui également, est loin d'être plat, et ses opinions toujours dîgnes d'intérêt! Faut bosser hein! si on veut être au
point sur les sujets en cours! Maintenant, tout est passionnant, si tu regardes bien, aussi bien l'herboristerie que l'astronomie.

Voili-voilo, bon excuse-moi, j'ai déjà été un peu long ;) et bonne fin de soirée!

P.S.Pour nos deux topics mythiques, le 447 ou Punta Cana, je ne suis pas sûr que les centaines de pages intéressent un monde fou, en dehors des
aficionados, comme l'on dit je crois, et de nous autres Gaulois! Et pourtant, dès qu'il y a un message....ça remue tout le village!
Avatar du Gaulois
Hyères-Le-Palyvestre
 
Messages: 1411
Inscrit le: 24 Mars 2012 03:22

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar limacharlie » 02 Août 2014 04:42

Hyères-Le-Palyvestre a écrit:Voili-voilo, bon excuse-moi, j'ai déjà été un peu long ;) et bonne fin de soirée!

Oui, mais bon, entre temps , les Israériens sont en train de leur pétér la gueule...A tort ou a raison, chacun choisira...
Les frères d'égypte ayant pris une grosse baffe, ils sont un peu seuls...d'ici que les iraniens les lachent.... :mrgreen:
limacharlie
 
Messages: 1573
Inscrit le: 07 Août 2011 09:41

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar avechelice » 02 Août 2014 06:00

Salut,

Il y a quand même quelque chose que je trouve bizarre .. je dirai même troublant :|
Israel justifie le bombardement d'écoles ONU ou de centres ONU .. par la présence de "rockets" dans ces endroits ...
Il faut donc se demander comment ils le savent .....
Soit des agents infiltrés .. soit par des gens de l'ONU qui feraient parvenir le renseignement .. mais d'autre part ne feraient pas évacuer d'urgence ces cibles potentielles .... :shock:

A+
Avatar du Gaulois
avechelice
 
Messages: 1210
Inscrit le: 09 Nov 2011 19:29

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar limacharlie » 02 Août 2014 20:39

avechelice a écrit:Salut,

Il y a quand même quelque chose que je trouve bizarre .. je dirai même troublant :|
Israel justifie le bombardement d'écoles ONU ou de centres ONU .. par la présence de "rockets" dans ces endroits ...
Il faut donc se demander comment ils le savent .....
Soit des agents infiltrés .. soit par des gens de l'ONU qui feraient parvenir le renseignement .. mais d'autre part ne feraient pas évacuer d'urgence ces cibles potentielles .... :shock:

A+

Ils savent exactement qui fait quoi et qui est ou... au mètre prés...
limacharlie
 
Messages: 1573
Inscrit le: 07 Août 2011 09:41

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar avechelice » 03 Août 2014 00:46

Salut,

Ils savent exactement qui fait quoi et qui est ou... au mètre prés...

C'est ce que je disait dans mon message ..
Il faut donc se demander comment ils le savent .....

Mais ma question est:
Comment ? par qui ? :mrgreen:

A+
Avatar du Gaulois
avechelice
 
Messages: 1210
Inscrit le: 09 Nov 2011 19:29

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar Copacabana » 03 Août 2014 02:31

limacharlie a écrit:Ils savent exactement qui fait quoi et qui est ou... au mètre prés...


Comme le dit LimaCharlie, ils savent tout, au mètre prés, car ils ont des moyens techniques et de renseignement qui dépassent notre imagination.
C'est ce qui leur permet de réaliser ces fameuses frappes dites "chirurgicales", des tirs ciblés de précision qui leur permet de détruire directement les stocks d'armes parfois planquées à des endroits que l'on ne soupçonnerait pas au premier abord, le tout sans faire trop de dégâts collatéraux.
Comme le montre par exemple ces photos:

Image

Image

Image
Copacabana
 
Messages: 614
Inscrit le: 05 Août 2011 14:59

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar limacharlie » 03 Août 2014 02:47

Copacabana a écrit:Comme le montre par exemple ces photos:

Juste un problème :
Copa à la cabane ne donne pas les sources de ses photos montages... :mrgreen: :mrgreen:
Séisme n'est pas obus :mrgreen:
limacharlie
 
Messages: 1573
Inscrit le: 07 Août 2011 09:41

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar avechelice » 03 Août 2014 08:55

Salut,

Comme le montre par exemple ces photos:


:mrgreen: :mrgreen:
J'adore l'ironie ... :D

A+
Avatar du Gaulois
avechelice
 
Messages: 1210
Inscrit le: 09 Nov 2011 19:29

Re: Le conflit israélo-palestinien

Message non lupar f6exb » 03 Août 2014 10:29

f6exb
 
Messages: 82
Inscrit le: 27 Mai 2011 22:08

...
 
PrécédentSuivant

Retour vers ACTUALITE

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : Aucun Gaulois inscrit et 6 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->
cron